[Presse] Médias pluriels ● Le documentaire sur la chute de Mark Karpelès (Mt. Gox)

  • Modérateur -

    Moustique - Édition du 24 février au 2 mars 2018 - 2,50€

    Le magazine Moustique est un hebdomadaire belge de programmes télé et d’actualité générale


    Documentaire télé - Bitcoin Big Bang: L’improbable épopée de Mark Karpelès

    Plus dure sera la chute

    De magnat du bitcoin à suspect du casse du siècle, la vie de Mark Karpelès connaît un cours pour le moins fluctuant.

    Extrait À l’image des fluctuations de ces devises 2.0, la vie de Mark Karpelès s’est envolée avant de connaître un krach des plus violent. Passionné d’informatique autodidacte, le Français a senti tout le potentiel des crypto-monnaies dès 2011 quand un client lui proposa pour la première fois de payer en bitcoins. Sous le charme de ce nouveau marché, il rachète une plateforme d’échange, Mt. Gox, qui ne cessera de croître jusqu’en 2013. (…) En 2014, un “piratage” plutôt flou frappe Mt. Gox, causant la disparition de 750.000 bitcoins pour un préjudice estimé à 263 millions d’euros. (…)


    Bitcoin Big Bang - l’épopée improbable de Mark Karpeles

    Documentaire de Vincent Gonon et Xavier Sayanoff (France - 2017)
    105 minutes

    Diffusions :
    Mercredi 28 février sur Canal+ à 21:00
    Mercredi 28 février sur BE 1 à 21:00
    Rediffusion le Jeudi 1er mars sur Canal+ Décalé à 10:00
    Rediffusion le Jeudi 1er mars sur Canal+ Décalé à 20:55
    Rediffusion le Samedi 3 mars sur Canal+ Décalé à 10:55
    Rediffusion le mardi 6 mars sur BE 1 à 22:35

    A voir aussi [Télévison] Canal+ / “Bitcoin Big Bang - l’épopée improbable de Mark Karpeles” (MTGox) - documentaire (inédit)

    0_1519192891287_Sans titre 3.jpg

    © Tous droits réservés
  • Modérateur -

    Les Inrockuptibles - Édition du mercredi 28 février 2018

    Le loup de Bitcoin Street

    Un documentaire retrace l’ascension et la chute du Français MARK KARPELÈS. Un geek surdoué qui, à la tête de la première entreprise à convertir des bitcoins, finit par en faire disparaître 850000…

    Extrait Robert c’est le petit garçon que j’ai élevé", confesse sa mère, Anne Karpelès. En 2009, après un passage en Israël, il s’établit définitivement à Tokyo. Décrit comme “inadapté socialement”, il rachète Mt. Gox en 2011. A l’époque, c’est le premier site internet à échanger de l’argent contre des bitcoins. Le montant d’un bitcoin équivaut alors à un dollar. Les médias s’emparent du sujet et les clients affluent. La monnaie virtuelle s’envole, passant à 1,20 dollar en avril, 30 dollars en juin et 100 dollars en mai 2013… Jasmine Meichsner, ancienne employée, raconte : “La croissance a été fulgurante. Mark y croyait, il était toujours derrière son ordinateur, tard le soir et tôt le matin. Mt. Gox était un peu son bébé.” La boîte détient alors 98% du marché mondial du bitcoin. (…) Alors que Mt. Gox prépare son lancement aux Etats-Unis, les autorités américaines saisissent l’équivalent de cinq millions de dollars car la société ne s’était pas déclarée organisme de transfert de fonds aux Etats-Unis, une formalité indispensable. Le début de la fin. Les investisseurs tentent de retirer leurs billes mais n’y parviennent pas. Et pour cause : 850 000 bitcoins ont disparu. La société est contrainte de mettre la clé sous la porte. Le 28 février 2014, lors d’une conférence de presse, Mark Karpelès arbore un air grave. “je vous présente mes excuses. Le système avait des failles, et les bitcoins ont disparu. Par conséquent, je vous ai causé de graves ennuis.” Il cherche ses mots et finit par fondre en larmes. (…)

    0_1519800676962_ROCK.jpg

    © Tous droits réservés
  • Modérateur -

    Le Figaro - Édition du mercredi 28 février 2018

    La chute du baron du bitcoin

    Dans ce documentaire sur l’affaire qui a fait trembler le monde des cryptomonnaies, Vincent Gonon et Xavier Sayanoff dressent le portrait de Mark Karpelès, héros déchu d’une incroyable épopée financière.

    Extrait Il était jeune, riche et visionnaire. Né il y a trente-deux ans à Chenôve, dans la banlieue de Dijon, Mark Karpelès a longtemps été considéré comme le « baron du bitcoin ». (…) Génie de l’informatique, taciturne, richissime et hors normes, il reconnaît volontiers que « gérer des humains est beaucoup plus compliqué que gérer des serveurs », malgré son QI de 190. Les images de ses excuses contrites, dénuées de justifications, resteront célèbres. Il a cette mine des enfants incapables d’expliquer les raisons des bêtises qu’ils viennent de faire. De la gloire au déshonneur, Vincent Gonon et Xavier Sayanoff reviennent pour Canal+ sur la trajectoire d’un entrepreneur atypique dont l’échec fracassant a durablement marqué le milieu des cryptomonnaies. (…)

    0_1519800807819_FIG.jpg

    © Tous droits réservés