[Presse] Le Matin Dimanche - À Genève, le big bang de la «blockchain» électrise les grands argentiers du pétrole


  • Modérateur

    Le Matin Dimanche - Édition du 28 janvier 2018

    À Genève, le big bang de la «blockchain» électrise les grands argentiers du pétrole

    À Genève, le big bang de la «blockchain» électrise les grands argentiers du pétrole Société Générale, BNP Paribas, Mercuria, Louis Dreyfus: les projets pour sécuriser et simplifier le commerce de brut, de grains ou de minerais fleurissent. Une rupture historique pour le secteur. Par Pierre-Alexandre Sallier

    Extrait Parti de La Nouvelle-Orléans avec de 60 000 tonnes de soja à bord pour les huileries de Shandong Bohi, le cargo a été déchargé le 6 janvier dans le port de Qingdao, dans l’est de la Chine. (…) Cargaison symbolique: sa livraison a concrétisé la première transaction de produits agricoles gérée grâce à la technologie «blockchain». Bluffant. «Nous avons divisé par cinq le temps passé sur la gestion documentaire». (…) Cinq jours avaient séparé l’obtention des barils, leur contrôle et leur paiement. Contre plus d’un mois auparavant. Avec de grosses économies à la clé, moins de fonds de roulement étant bloqués pour chaque opération. Dans les produits agricoles, Louis Dreyfus Company espère voir ce type de plate-forme «entrer en fonction dès 2018». (…) Dans l’immeuble voisin de BNP Paribas, un projet similaire, baptisé MyCollat, est mis au point depuis deux ans. (…) Seule une technologie comme la «chaîne de blocs» – avec ses enregistrements irréversibles et infalsifiables – permet de vaincre les réticences de négociants endossant, sur un «donne» lancé au téléphone, la responsabilité d’une cargaison valant des dizaines de millions. «Le risque numéro un de ce métier, c’est la fraude», (…)
    «La révolution? Il n’y a plus un tiers de confiance avec les papiers dans une main et l’argent dans l’autre, mais une chaîne de confiance», lance Adrien Thorey, ingénieur en charge du projet chez BNP Paribas en Suisse. (…) Science-fiction, rétorque le secteur. «Sur des transactions récurrentes - des barges de carburants sur le Rhin - peut-être; sinon, ce scénario passe à côté de la relation entre les négociants et leurs banquiers», écarte Benoît Lioud, de Mercuria. «Cette technologie bénéficie à tout l’écosystème», répète en écho Christophe Cantala, chez BNP Paribas. Le big bang de la «chaîne de block» électrise depuis deux ans la finance liée au commerce de matières premières. (…)

    0_1517144433965_v.jpg



Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.