[Presse] Les Echos / Blockchain : comment Ripple veut entrer dans la cour des grands

  • Modérateur -

    Les Echos - Édition du mercredi 10 janvier 2018

    Titre : Blockchain : comment Ripple veut entrer dans la cour des grands

    Chapô : Une centaine d’institutions financières ont rejoint son réseau. Mais plusieurs incertitudes menacent son développement. Par Etienne Goetz

    Extraits : Pour Marcus Treacher, responsable stratégique de la jeune pousse (…) « sur le long terme Ripple va créer de la valeur ». (…) Une centaine d’institutions, comme Bank of America, SEB ou Crédit Agricole, ont rejoint le réseau de Ripple. Depuis mi-2017, la société assure avoir réalisé pour plus de 800 millions de dollars de transactions transfrontalières. (…) Pour Marcus Treacher, « Ripple va changer l’industrie financière comme le mobile a changé les télécoms ». La société a même l’ambition de proposer aux entreprises des solutions pour avoir une gestion plus efficace de leur trésorerie. (…)
    Risque de marché : La jeune pousse n’est cependant pas au bout de ses peines. [Pour] Alexandre Stachtchenko, cofondateur de Blockchain Partner et président de l’association Chaintech « Le problème central de Ripple, c’est sa distribution monétaire. 60 % des XRP sont détenus par Ripple Labs et 20 % par deux ex-patrons. (…) Si toutes les banques passent par XRP pour leurs transactions, elles seraient potentiellement à la merci de quelques personnes. » Une autre incertitude mine l’avenir de la société. R3, un consortium, et Ripple se livrent une bataille juridique avec plusieurs milliards en jeu portant sur des options d’achat de XRP quand ils étaient encore partenaires. (…). [Les jetons] : Est-ce que ce sont des titres financiers, des matières premières, des devises, des actifs ? Les régulateurs sont en train de se saisir de cette question d’autant plus importante qu’elle change la donne en matière de fiscalité. (…)
    Les tendances pour 2018 : Il faudra […] compter sur la mise en production de certains projets, comme celui de la Banque de France sur la gestion du registre des grands créanciers opérant des prélèvements au standard européen (Sepa), ou celui d’AXA avec leur assurance Fizzy.

    0_1515563299622_echos.jpg

    © Tous droits réservés

A voir également