[Presse] Le Parisien ● Bitcoins - La bulle va-t-elle éclater ?


  • Modérateur

    En Une de son édition de mardi 26 décembre 2017, Le Parisien se demande si La bulle va-t-elle éclater ?
    Une double page ou le quotidien titre en gras, Le bitcoin au bord du Krach ? Et tente de décrypter la plus célèbre des devises virtuelles". Par Boris Cassel et Bérangère Lepetit

    Par ailleurs, un encadré propose une courte intervention de Jacques Favier, historien, coauteur de « Bitcoin, la monnaie acéphale ».

    Craignez-vous l’explosion d’une bulle spéculative ?
    JACQUES FAVIER.
    Je ne prédis pas l’avenir, mais le prix du bitcoin évolue de façon trop brutale. De très sévères corrections ont déjà eu lieu. En janvier 2014, le bitcoin a connu une baisse sévère et assez longue. Quand vous regardez la courbe de cette période, de novembre 2013 à juin 2015, cela ressemblait déjà à l’explosion d’une bulle. Pourtant, le cours a fini par remonter. On a observé cette année des variations de plus de 30 %, une bonne demi-douzaine de fois. Mais, jusque-là, elles ont été suivies systématiquement de phases de hausse.
    Comment les possesseurs de bitcoins peuvent-ils récupérer leur mise ?
    Il n’y a que trois manières de s’en procurer. Soit vous les avez « minés », c’est-à-dire générés vous-même, mais c’est le cas de très peu de personnes. Soit vous vous êtes fait payer un bien ou un service en bitcoins. Soit, enfin, vous les avez achetés sur une plate- forme. Auquel cas, vous pouvez les revendre sur cette même plate-forme ou une autre au cours qu’elle proposera.
    Le gain de cette revente est-il fiscalisé ?
    Bien sûr, mais dans quelles conditions ? Par provocation, je serais tenté de vous répondre que, quand le gouvernement le saura, il vous le dira. Car, pour le moment, c’est le grand flou… Si vous effectuez peu d’opérations, les bénéfices seront vraisemblablement considérés comme des bénéfices non commerciaux (BNC) et soumis à une taxe aisée à calculer. Si, en revanche, le fisc considère que vous en tirez un revenu régulier, les bénéfices peuvent être considérés comme des bénéfices industriels et commerciaux, ou BIC. Avec des taux d’imposition bien plus élevés, en tout cas en France. Et surtout l’obligation d’établir une comptabilité complète. Les pouvoirs publics ont prévu, semble-t-il, de clarifier tout ça dans les semaines qui viennent.

    (Les avis exprimés dans cet article sont ceux de son auteur et ne reflètent pas nécessairement celui du forum.)

    0_1514487759795_Le Parisien Du Mardi 26 Décembre 2017 (glissé(e)s) 2.jpg
    0_1514487745597_Capture d’écran 2017-12-28 à 19.59.13.jpg

    © Tous droits réservés


Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.