Mark Zuckerberg essaie de défendre Libra devant le Congrès américain