[Presse] Air & Cosmos ● Se protéger contre la cybervulnérabilité

  • Modérateur -

    Air & Cosmos - n° 2645H - Édition du vendredi 14 juin 2019 - 9,90€

    Se protéger contre la cybervulnérabilité

    L’interconnexion des systèmes et la gestion de flux massifs de données sont deux tendances qui touchent aussi bien l’aéronautique civile que militaire. Si cela ouvre de nouvelles perspectives et représente des avantages majeurs pour l’aérospatial, cette connectivité exacerbée ouvre également des brèches et peut créer des vulnérabilités. La cybersécurité est désormais au cœur des stratégies civilo-militaires et à la croisée de ces deux pans de l’aéronautique. Par Justine Boquet et Jean-Baptiste Heguy

    Extrait (…) Le standard ADS/B [Automatic Dépendant Surveillance/Broadcast, NDLR] devrait évoluer pour améliorer son niveau de protection, par exemple en authentifiant ou en encryptant les données. C’est pourquoi la technologie de blockchain pourrait être adaptée pour renforcer la protection des données de communication de l’ADS/B. (…) Boeing a d’ailleurs annoncé il y a un an un brevet pour un système de protection des données de localisation fonctionnant sur la base d’une technologie de blockchain. Le centre de recherche de la Nasa a aussi développé un prototype, nommé “Aviation Blockchain Infrastructure”. L’objectif de cette invention est donc de mettre à disposition une méthode de communication la plus sécurisée possible entre les aéronefs et les services de contrôle aérien ou tout autre acteur, en se fondant sur un système d’autorisation et d’authentification renforcée. L’utilisation de messages voix spécifiques aux métiers de l’atmosphère entre pilotes et contrôleurs pourrait permettre de modérer le risque. (…) Pour authentifier et protéger les données, l’utilisation de la blockchain peut être très efficace. “Derrière la blockchain, on met des systèmes de sécurité et d’authentification qui protègent la donnée. On ne peut jamais être sûr à 100 %, mais elle permet une sécurisation très efficace” », confirme Barbara Dalibard [Directrice générale de Sita, NDLR]. A l’aéroport de Londres-Heathrow, SITA a ainsi expérimenté le service Flight Chain, qui permet d’avoir une information unique et valide sur un vol donné. Au lieu d’avoir plusieurs informations concernant un vol (celle de l’aéroport ou de la compagnie aérienne, qui parfois sont différentes), l’utilisation de la blockchain permet de partager une donnée de façon fiable et neutre. (…)

    a&c.jpg

    © Tous droits réservés