[Presse] Le Film français ● (Blockchain) "Pour y voir clair", l'édito de Laurent Cotillon

  • Modérateur -

    Le Film français - n°3859 - Édition du vendredi 24 mai 2019

    Pour y voir plus clair

    Par Laurent Cotillon, directeur d’édition

    Édito C’est l’un des mots en vogue cette année. Pas au sujet de la sélection, excellente par ailleurs. Mais la transparence, puisque c’est d’elle dont il s’agit, est dans l’air du temps. D’une part car elle est intimement liée à la technologie de la blockchain, sur laquelle de nombreux professionnels misent pour “disrupter” – cédons à la mode du terme – le modèle, et rétablir plus de confiance dans les transactions, et les remontées financières. C’est aussi l’une des conditions posées dans le rapport de Dominique Boutonnat (…) pour espérer voir les investisseurs privés investir dans le cinéma. Plusieurs questions se posent donc. D’abord, où attend-on le maximum de transparence ? Dans le waterfall avant tout, soit la fameuse cascade des revenus qui permet de redistribuer la recette. C’est elle qui assure aux apporteurs de fonds un minimum de visibilité sur la rentabilité de leur investissement. Ensuite, dans l’utilisation des données. Cas particulièrement problématique pour les plateformes américaines de SVàD, qui communiquent très peu – c’est un euphémisme – sur la consommation réelle et les profils des consommateurs. Ces acteurs, si des discussions visant à populariser les technologies blockchain venaient à être initiées, risqueraient donc de peser sur les discussions. Car la transparence, qui est une réalité parfois nuancée dans notre industrie, n’aura pas que des amis. Mais elle n’aura en revanche que des effets bénéfiques et rassurants pour chacun des acteurs et pour tous ceux qui souhaiteraient en faire partie.

    lff.jpg

    © Tous droits réservés