[Presse digitale] TheConversation.com / LaTribune.fr ● Minage de bitcoin, la grande redistribution géographique

  • Modérateur -

    TheConversation.com - Édition web du 30 janvier 2019
    LaTribune.fr - Édition web du 31 janvier 2019

    La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation
    The Conversation est un média indépendant, sans but lucratif, basé sur du contenu provenant de la communauté universitaire.

    Minage de bitcoin, la grande redistribution géographique mondiale

    La récente dégringolade des cours a eu pour conséquence un redéploiement de la production de la cryptomonnaie vers des régions où l’électricité est bon marché. Par Marc Bidan Marc, Professeur des Universités - Management des systèmes d’information - Polytech Nantes.

    Extrait Face à cette baisse du chiffre d’affaires, pour conserver une certaine rentabilité, les mineurs doivent donc diminuer les coûts de production, qu’ils soient fixes ou variables. (…) Le prix du kilowattheure dépassant les 10 centimes d’euro en France depuis cet automne, il n’existe dès lors quasiment plus d’activité de minage en métropole. (…) L’acteur majeur qu’est la Chine est également impacté et cesse peu à peu ses activités de minage à la fois pour des raisons politiques, énergétiques et économiques. (…) En revanche, il subsiste des régions dans le monde où les prix de l’électricité restent abordables et où l’activité de minage reste par conséquent rémunératrice. Par exemple, au Kazakhstan ou en Sibérie. (…) La start-up française Bigblock datacenter, dont nous avons rencontré le co-fondateur Sébastien Gouspillou, l’a bien compris. Le siège historique de l’entreprise, situé à Orvault près de Nantes, héberge encore la recherche et le développement mais l’activité de minage a quitté la région [pour] le Kazakhstan (…) qui prévoit l’installation d’une ferme de minage à proximité du barrage hydraulique d’Almaty. (…) Si les cours ne remontent pas à leurs pics historiques, l’énergie consommée par les mineurs devrait devenir progressivement beaucoup plus verte, car souvent hydroélectrique. L’activité devrait donc progressivement se déporter vers les régions froides et désertiques du globe (Canada, Russie et Asie centrale notamment), localisations qui permet d’économiser notamment les coûts de ventilation et de climatisation. (…)

    L’article complet en ligne :

    Visuel grand copie.jpg

    © Tous droits réservés