[Presse] L'Opinion ● Série - Blockchain mon amour - A quoi ça peut bien servir ?


  • Modérateur

    L’Opinion - Édition du lundi 6 août 2018

    Chaque jour cette semaine, l’Opinion s’intéresse à un cas pratique d’usage grâce auquel la blockchain pourra, demain, changer notre quotidien.
    «Le cadastre électronique, une révolution pour l’économie africaine».

    Blockchain mon amour, épisode 1. Par Emmanuelle Ducros

    Extrait Quoi de plus facile que de modifier un registre des titres de propriété en papier ou même numérique dans un pays gangrené par la corruption et le népotisme ? C’est l’un des problèmes qu’a dû affronter le Honduras ces dernières années. (…) Des bureaucrates malintentionnés y trouvaient là une façon simple d’accaparer des propriétés en bord de mer ou des terres fertiles en modifiant le cadastre. (…) Dès 2015, le Honduras s’est donc lancé dans une aventure innovante, pour tenter d’endiguer ces escroqueries aux titres de propriété. Il a déployé, avec l’entreprise texane Epigraph, un système de tenue du cadastre basé sur la blockchain, c’est-à-dire sur des registres numériques partagés, modifiables par un système d’authentification à deux facteurs, une clé publique et une clé privée. (…) Une première qui a fait tache d’huile. A l’automne 2017, l’Etat ukrainien a été incité par le FMI à mettre en place, elle aussi, un cadastre numérique pour éradiquer la corruption en vigueur sur les titres de propriété agricoles. (…)

    L’article complet en ligne : https://www.lopinion.fr/edition/economie/cadastre-electronique-revolution-l-economie-africaine-blockchain-mon-156039

    0_1533580285408_o.jpg

    © Tous droits réservés

  • Modérateur

    L’opinion - Édition du mardi 7 août 2018

    Chaque jour cette semaine, l’Opinion s’intéresse à un cas pratique d’usage grâce auquel la blockchain pourra, demain, changer notre quotidien.
    Du champ à l’assiette, la chaîne alimentaire devient blockchain. La nouvelle technologie permet une meilleure traçabilité des produits.

    Blockchain mon amour, épisode 2. Par Emmanuelle Ducros

    Extrait Hervé Pillaud n’est pas peu fier. Cet agriculteur vendéen passionné de tech, membre du Conseil national du numérique, est à l’origine de la première initiative d’une marque agricole basée sur lm juste retour du prix au producteur certifié par blockchain. « Cela fait un an que nous y travaillons, sur le modèle du lait “C’est qui le patron” : notre premier engagement, c’est celui du retour de valeur à l’éleveur, mais nous nous engageons aussi sur la provenance du lait et le bien-être animal que nous sommes en mesure de certifier numériquement » (…) La blockchain, qui permet une traçabilité parfaite et infalsifiable des produits, s’est vite imposée comme une évidence. «juste et Vendéen » a fait le choix d’une blockchain publique, développée par IBM et mise en place par une start-up, Connected Food. (…)

    0_1533642264514_O.jpg

    © Tous droits réservés

  • Modérateur

    L’opinion - Édition du mercredi 8 août 2018

    Chaque jour cette semaine, l’Opinion s’intéresse à un cas pratique d’usage grâce auquel la blockchain pourra, demain, changer notre quotidien.
    Energie et blockchain: atomes crochus

    La nouvelle technologie permet de repenser la production et la consommation d’énergie.

    Blockchain mon amour, épisode 3. Par Emmanuelle Ducros

    Extrait (…) Depuis avril 2016, des habitants du quartier de Park Slope, dans ce « borrow » de New York, peuvent vendre et acheter directement à leurs voisins le surplus d’électricité produite par les panneaux pho-tovoltaïques de leur maison, par le biais de la blockchain. (…) « La première blockchain permettant de réaliser des échanges non-financiers était alors Ethereum. (…) Nous avons ensuite créé notre propre système de blockchain privée. Dès que nous aurons bien solidifié la technologie, dans deux ou trois ans, nous envisageons d’en ouvrir le code en open source », détaille le promoteur du projet. (…) La blockchain permet l’émergence d’un système où il n’y aura plus un fabricant centralisé qui diffuse, mais un pouvoir de décision par foyer.

    0_1533723011597_ooo.jpg

    © Tous droits réservés

  • Modérateur

    L’opinion - Édition du jeudi 9 août 2018

    Chaque jour cette semaine, l’Opinion s’intéresse à un cas pratique d’usage grâce auquel la blockchain pourra, demain, changer notre quotidien.
    Un outil pour redonner droits et valeur aux auteurs

    Blockchain mon amour, épisode 4. Par Emmanuelle Ducros

    Extrait (…) La blockchain est en passe de remettre un peu de bon sens et d’ordre dans tout cela. Tous les éléments sont réunis pour que les créations intellectuelles comme la musique ou la photo soient des terrains de développement pour cette technologie numérique complexe qui consiste â estampiller numériquement et de façon infalsifiable tout objet réel ou immatériel. (…) le fait de pouvoir tracer une information, c’est-à-dire de lui donner un point de naissance numérique, permettrait déjà de briser les ailes à toutes sortes de rumeurs. Exactement comme pour la traçabilité alimentaire ! » (…)

    0_1533811238366_E.jpg

    © Tous droits réservés

  • Modérateur

    L’opinion - Édition du vendredi 10 août 2018

    Chaque jour cette semaine, l’Opinion s’intéresse à un cas pratique d’usage grâce auquel la blockchain pourra, demain, changer notre quotidien.
    «Automobile: comment éviter d’acheter une rave»

    Blockchain mon amour, épisode 5. Par Emmanuelle Ducros

    Extrait (…) Selon les spécialistes de l’automobile interrogés par Atos, 20 % des voitures vendues sur le marché de l’occasion ont un compteur kilométrique falsifié ! (…) Les carnets d’entretien ne disent pas tous la vérité… (…) C’est là que la blockchain intervient ! « Le système de blockchain garantit, par l’apposition d’étiquettes numériques (un « hash » de 256 caractères) sur les objets, l’unicité de toute chose. Ces codes sont conservés dans un registre partagé, ouvert, stocké sur des quantités d’ordinateurs et donc infalsifiable sans que cela se voie immédiatement. Il garantit une information qui ne repose plus sur la confiance mais sur le savoir, sur l’horodatage d’une information », explique R.A. Farrokhnia, lui aussi professeur à Columbia. (…) Appliquons cela au carnet d’entretien d’un véhicule et finies les surprises : toute réparation, acte d’entretien, changement de pièce ou accident inscrit dans le registre y seraient gravés dans le marbre. Tout comme les changements de propriétaires ou les hypothèques attachées à chaque voiture. (…) Mais au-delà des simples carnets d’entretien, la tech blockchain pourrait simplifier les usages globaux de l’automobile : déverrouillage, prêt, paiement des recharges ou des pleins, des stationnements, des assurances… (…)

    0_1533876230770_eeee.jpg

    © Tous droits réservés