[Presse] Le Monde ● Cryptomonnaie, stade anarchiste du capitalisme

  • Modérateur -

    Le Monde - Édition du vendredi 15 juin 2018

    Cryptomonnaie, stade anarchiste du capitalisme

    La philosophe Catherine Malabou explique pourquoi elle a signé la « Déclaration d’indépendance monétaire » lancée par John McAfee aux Etats-Unis. Elle voit dans l’irruption des monnaies électroniques et des blockchains l’avènement d’un nouvel âge du capitalisme, porteur, comme toute mutation, de sa propre remise en cause. Par Catherine Malabou

    Début de l’article Dans un article paru aux Etats-Unis le 28 mai, John McAfee, expert en sécurité Internet, affirme que l’on assiste actuellement à une véritable guerre contre les crypto-monnaies (« John McAfee Says There is a War on Cryptocurrencies »). La liste des « ennemis combattants » de ces monnaies comprend, selon John McAfee, les gouvernements, les banques, les compagnies de cartes de crédit et la Security Exchange Commission (SEC, l’autorité de régulation des marchés financiers américaine). Ces institutions auraient fait alliance afin de contrecarrer le développement de la « crypto-renaissance ». Nombre de banques et organismes de crédit ont ainsi interrompu les paiements en monnaie électronique. John McAfee exhorte donc les « crypto-believers » (« crypto-croyants ») à passer à l’action. « Que faire ? demande-t-il. Agissons ! Ecrivez aux membres du Congrès. Cela paraît idiot, mais n’hésitez pas, faites-les travailler. Sommez votre banque d’autoriser les cryptotransactions. Si la réponse est négative, demandez à votre banquier de vous indiquer une banque et des cartes de crédit qui acceptent les cryptopaiements. » (L’article)

    0_1529061245288_modele copie.jpg

    © Tous droits réservés
  • -

    “Nous ne sommes pas qu’une sécurité […]”

    C’est quoi cette traduction de merde !

    Il faut bien sur comprendre : “Nous ne sommes pas qu’une valeur mobilière (security)”

  • -

    “Ce document comporte des similitudes frappantes avec la déclaration d’indépendance des États-Unis”

    La référence est indirecte. Dans ce contexte, il aurait plutôt fallu rattacher ce manifeste à celui de John Perry Barlow (Déclaration d’indépendance du cyberspace, 1996)

A voir également