Rumeur en Chine : un durcissement de la réglementation attendu le 15 mars 2018



  • Depuis l’année 2017, la Chine s’est montrée plus que réticente envers les cryptos, notamment en bannissant l’ensemble des plateformes d’échange cryptos du pays, mais aussi en limitant l’accès des échanges étrangers au chinois. Les mineurs ont aussi été invités à arrêter leur opération.

    Résumé de la situation chinoise à propos des cryptos

    Même si la Chine ne donne pas l’accès à ses citoyens à un certain nombre de sites internet étrangers dont Facebook, Google, Twitter et les plateformes d’échanges, certains arrivent à contourner la censure à travers un VPN (Virtual Privat Network). Ainsi, la dernière interdiction concernant les sites de plateforme d’échange n’a pas réussi à décourager les chinois dans leur quête aux cryptos : les échanges chinois se sont délocalisés - surtout à Hong Kong et Singapour - et les traders se sont munis de ces fameux VPNs. Les mineurs ont aussi été visés par le Parti, leur demandant de se préparer à un arrêt complet du minage, notamment en mettant à jour mensuellement les gains de leurs opérations pour pouvoir en suivre la progression de l’exit. Seulement, comme avec les plateformes d’échanges, certains ont choisis la délocalisation. Bitmain ira par exemple continuer son minage en Suisse et est en discussion avec les États-Unis et le Canada. D’autres profitent de la réglementation sans date d’échéance, ni sanction pour prolonger le minage. Bien consciente du résultat de ses dernières régulations moins efficace qu’elle ne s’y attendait, il n’est pas étonnant que la Chine devait réagir au plus vite. Jusqu’aujourd’hui, personne ne savait quand et comment elle le ferait : le 15 mars semblerait répondre à ces questions. Depuis quelques jours, des rumeurs circulent sur un renforcement des régulations anti-crypto, sanctions à la clé.

    « Vous saurez tout dans quelques jours »

    Tout a commencé par la fermeture d’un groupe chat sur Wechat - l’équivalent de Whatsapp chinois - appelé « 3am Sleepless Wechat Group », dédié à l’analyse technique et aux cryptos en général. Devant la question du pourquoi, le responsable du groupe a préféré garder le silence mais a ajouté un commentaire qui laisse planer une interprétation plus qu’inquiétante :

    « Vous saurez tout dans quelques jours »

    Autre cas, certains internautes partageaient sur Telegram et Wechat l’annonce d’une régulation radicale anti-crypto le 15 mars, dont la mise en place d’emprisonnement dans certains cas. En parallèle, Huobi, dernière plateforme d’échange encore présente en Chine continentale, est en train de délocaliser ses bureaux à Singapour : 200 employés sur ses 400 au total ont déjà commencé le déménagement à peine une semaine avant la rédaction de cet article. Une personne proche de Huobi les aurait approché pour en demander la raison, et la date du 15 mars y est annoncée comme le jour d’une très importante régulation venant de la Banque Populaire de Chine (banque centrale chinoise) à l’encontre des cryptos. Cette date serait la raison de ce mouvement si soudain. A noter aussi que le CEO et le COO de Huobi auraient vu leur déplacement vers l’étranger limité par la douane chinoise. [caption id=“attachment_193576” align=“aligncenter” width=“546”]Un proche de Huobi nous explique que le 15 mars marquera des régulations radicales sur les cryptomonnaies Un proche de Huobi nous explique que le 15 mars marquera des régulations radicales sur les cryptomonnaies[/caption] Note particulière pour la date du 15 mars : elle représente la journée mondiale du droit des consommateurs, mais c’est aussi le jour où la Chine affiche son mur de la honte pour dénoncer les plus mauvaises entreprises en terme de produit de consommation. On a pu voir Apple, Volkswagen ou encore Carrefour dans le collimateur. Le 15 mars, c’est aussi la date pour laquelle la Chine profite pour annoncer de nouvelles régulations. [caption id=“attachment_193587” align=“alignnone” width=“1200”]Un récapitulatif des entreprises affichées sur le "mur de la honte" Un récapitulatif des entreprises affichées sur le “mur de la honte”[/caption] Maintenant, reste à savoir si ces informations sont correctes, ou s’il s’agit simplement d’intox. Dans tous les cas, la rumeur se répand et la Chine nous avait bien fait comprendre qu’elle voulait bannir les cryptos le temps de les maîtriser complétement, tout en se penchant sur le développement et la mise en place de la technologie blockchain sur son territoire. Qui sait ? Certaines rumeurs antérieures parlaient de produire des licences pour légaliser certains cryptos sur le territoire chinois. Ces mauvaises nouvelles pourraient finalement cacher une bonne surprise. Rendez-vous le 15 mars.

    https://journalducoin.com/regulation/rumeur-chine-durcissement-de-reglementation-attendu-15-mars-2018/



Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.