Le Parisien Week-End - Édition du vendredi 2 mars 2018 Monnaies virtuelles pour causes bien réelles Financer des actions humanitaires grâce à une collecte de dons en bitcoins… Une techniques que testent pour la première fois le Samu social et l’Unicef. Extrait « L’idée de cette opération spéciale nous est venue d’un mail de donateur qui demandait pourquoi il n’était pas possible de faire des dons en bitcoins, poursuit Stéphane Delaunay. On a regardé l’évolution des cours (qui ont grimpé pendant toute l’année 2017, NDLR) et on s’est dit que, en effet, il y avait sans doute des personnes qui avaient réalisé des plus-values juteuses et qui avaient envie de faire un geste de solidarité. » Si, aux Etats-Unis, plusieurs associations humanitaires avaient déjà organisé de telles collectes, aucune ONG en France n’avait encore franchi le pas. Avant de se lancer, le Samu social, acteur clé de la lutte contre l’exclusion, a contacté La Maison du bitcoin (…) « Si les dons en monnaie virtuelle sont plus développés aux Etats-Unis que chez nous, c’est surtout parce que les Américains se sont plus rapidement adaptés à cette technologie, affirme Brian O’Hagan, le directeur du marketing de La Maison du bitcoin. (…). En plus d’ouvrir un canal de collecte supplémentaire, les dons en crypto-monnaie permettent aux ONG de s’affranchir des intermédiaires bancaires, qui prélèvent d’habitude une commission. Par ailleurs, ils peuvent être reversés directement aux bénéficiaires. De leur côté, les donateurs savent comment leur argent est utilisé, car les monnaies virtuelles sont traçables en toute transparence de bout en bout. » Le principal inconvénient des crypto-dons reste qu’ils n’ouvrent pas droit à des déductions ou à des réductions d’impôts, contrairement aux dons classiques. Autre ONG à miser sur la technologie pour financer ses actions, Unicef France, qui vient de lancer sa première levée de fonds basée sur la blockchain, sorte de base de données géante permettant de sécuriser les échanges de monnaies virtuelles. (…) On a donc lancé un appel aux joueurs de jeux vidéo, le public le mieux équipé en informatique, pour entrer dans la chaîne, et reverser à l’Unicef le solde ainsi obtenu. » Une façon pour les gamers de contribuer à un projet solidaire sans avoir à mettre la main à la poche. L’opération se terminera le 31 mars. Son objectif : récolter au minimum 10 000 euros pour financer des actions humanitaires en Syrie. (…) Tous droits réservé