Pourquoi le bitcoin est la monnaie la plus polluante du monde



  • Parce qu’il faut aussi dire la vérité sur notre crypto-monnaie, en espérant que cela fera prendre une décision majeure sur un hard fork pour résoudre ce problème :

    http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/pourquoi-le-bitcoin-est-la-monnaie-la-plus-polluante-du-monde-1296834.html

    Le bitcoin atteint des sommets. Cette crypto-monnaie a franchi, la barre des 7.000 dollars fin octobre. Depuis le début de l’année, sa valeur a même été multipliée par plus de sept. Passant de 999 dollars (860 euros) à plus de 7.200 dollars aujourd’hui (6.200 euros).

    Conséquence directe de la flambée de cet “or numérique”, de nombreuses personnes se sont mises à “miner” du bitcoin. C’est-à-dire à créer cette monnaie virtuelle. Or, sa fabrication est particulièrement énergivore, comme le souligne Digiconomist, un blog spécialisé. Son propriétaire, Alex de Vries, a d’ailleurs imaginé un “indice de la consommation énergétique du bitcoin”.

    En mobilisant des outils toujours plus performants (ordinateurs, serveurs…) pour répondre à la demande, les créateurs de bitcoin consomment toujours plus d’électricité. D’après l’indice de consommation énergétique disponible sur Digiconomist, la consommation annuelle d’électricité des mineurs vient d’atteindre le pic de 25 térrawattheures (TWh). Ce qui correspond à la consommation annuelle d’électricité du Nigeria. Un pays de 186 millions d’habitants.

    Le site spécialisé indique également que, chaque jour, 300.000 transactions en bitcoins sont réalisées dans le monde. Il précise en outre que chaque mineur utilise quotidiennement 215 kilowattheures (kWh) d’électricité pour créer de la monnaie. Selon Motherboard, la consommation journalière des mineurs du monde entier permettrait d’alimenter en électricité 2,6 millions de foyers américains.
    Le bitcoin possède un bilan carbone catastrophique

    Alexis de Vries est allé plus loin. Il s’est également penché sur le bilan carbone du bitcoin. C’est-à-dire sur les émissions de dioxyde de carbone (CO2) émises par le cycle de création de la crypto-monnaie.

    S’intéressant au cas d’un lieu de production situé en Mongolie, dont l’électricité est produite par une centrale thermique à charbon, il a découvert, comme le rappelle Motherboard, que chaque bitcoin créé émettrait environ 13.000 kilos de CO2.

    Ainsi, à elle seule, cette mine émettrait entre 24.000 et 40.000 kilos de dioxyde de carbone par heure. À titre de comparaison, en Europe, une voiture rejette, en moyenne, 0,1181 kilos de dioxyde de carbone par kilomètre parcouru. Chaque heure de fonctionnement de la mine mongole émettrait donc autant de CO2 qu’une voiture ayant parcouru 203.000 kilomètres.



  • Décidément c’est une attaque concertée.
    Certains croient avoir trouvé la faille pour abattre Bitcoin.



  • Que certains attaquent le Bitcoin par jalousie ou ignorance est un fait.

    Que le Bitcoin pollue, est aussi un fait.

    Ne devenons pas ignorants aveuglés par notre attachement à cette monnaie.



  • Certes mais la consommation électrique de Bitcoin reste peanuts par rapport à bien d’autres choses du quotidien.



  • peanuts qui avec Ethereum consomment l’équivalent d’une centrale nucléaire ! Et c’était en juillet.
    http://www.tomshardware.fr/articles/cryptomonnaie-minage-consommation-ecologie,1-64678.html

    Plus on avance, plus la difficulté de miner augmente, plus on consomme.





  • Pourquoi se méfier d’un avis tranché et péremptoire d’une source aussi peu fiable que BFM ?

    https://themerkle.com/bitcoin-networks-electricity-consumption-is-lower-compared-to-printing-money/



  • Rien de grave les prochaines énergies créées par les humains seront ultre propres 😜

    C’est l’Energie qui développe les civilisations depuis toujours ça ne changera pas ^^



  • Pourquoi on ne compte pas la pollution des fiat pour rigoler un peu. Papier, encre, transport, logistique et stockage, système de distribution… Je crois que le compte n’est pas juste.



  • Lors de leur colloque (dont on peut voir la vidéo sur leur site), le site bitcoin.fr c’est penché sur cette histoire de pollution du fait de la forte consommation électrique. Comme l’intervenant l’a rappelé, toutes ces informations sont totalement fausses et ne sont là que pour dire que le Bitcoin est mauvais.

    Oui le Bitcoin consomme beaucoup, mais pas autant qu’on le dit. L’équivalent d’une centrale nucléaire oui je suis d’accord, mais c’est pour l’ensemble des transactions qui circulent, on est loin alors de la consommation totale des grands pays comme beaucoup l’affirment.

    Ensuite, cette flambée de la consommation est arrivée quand le Bitcoin n’est devenu minable que par des ASIC, c’est là le problème : une complexité telle que seuls ces machines peuvent miner, hors la puissance nécessaire pour le faire est énorme c’est donc ça le gouffre pas autre chose.

    Pour moi le problème viens donc de la gestion de la complexité et qui aurait dû être mieux géré par les développeurs, afin qu’elle augmente mais moins vite. D’ailleurs, si on compare avec l’Ethereum, sur l’Ethereum, le système est fait de telle façon que la complexité peut être fixée ou dynamique.

    Ainsi, si on regarde Minergate par exemple, la complexité des calculs effectués par nos machines, augmente avec la puissance (Hashrate). Par exemple moi j’ai deux cartes graphiques dans mon PC personnel (deux GTX 1060), si je fais bosser les deux la complexité donnée est plus importante qu’une seule ou que si c’est le CPU qui bosse (ce que Minergate semble être le seul à permettre).

    En revanche, d’autres pools de minage comme par exemple Nanopool, fixes la difficulté ; autrement dit que tu es 1 CG ou un rig de 12 cartes, la difficulté de minage est strictement identique, du coup tes gains sont énormes si tu as beaucoup de cartes graphiques car la complexité n’augmente pas, en revanche cela permet aussi à un simple ordinateur personnel équipé d’une carte graphique capable de travailler sur ce pool, de pouvoir miner et avoir des gains sans devoir attendre 5 ans parce que la capacité de minage est trop faible (un minimum de 5 MH/s est exigé par Nanopool pour fonctionner, c’est pas difficile de nos jours d’avoir ce hashrate).

    C’est là du coup où Ethereum fait mieux que Bitcoin, car tan que les pools auront cette possibilité de fixer la complexité, il sera possible de miner avec nos ordinateurs personnel et sans modifier la vitesse de gain (s’il faut 1 mois pour avoir 0.05 ETH sur Nanopool aujourd’hui, dans 2 mois alors que la complexité des blocs a augmentée, se sera toujours le même temps avec le même matos du fait que Nanopool fixe la difficulté).

    Donc je disais que tan que cela reste possible et que les pools restent sur une valeur qu’ils ont fixés sans l’augmenter dans le temps, alors la consommation de toute la blockchaine restera relativement faible, car pas besoin de machines spéciales type ASIC qui fournissent une grosse puissance mais en contrepartie consomme aussi énormément.



  • @christophedlr

    J’ai l’impression que tu mélanges beaucoup de choses.

    La difficulté de minage d’une monnaie n’est pas fixée par des pools (comme Nanopool ou autres), les pools peuvent simplement fixer la difficulté d’un share qui est simplement liée à un calcul interne complètement neutre pour les mineurs (en gros ils peuvent décider qu’un share devient 2 fois plus difficile, mais du coup “vaut” deux fois plus, afin de préserver de la bande passante).

    La difficulté est dynamiquement fixée dans le protocole associé à la monnaie elle même. Pour certaine crypto (comme le Bitcoin), la difficulté est recalculée toutes les deux semaines, pour d’autres elle est recalculée tous les blocs.

    Donc cette “flambée” de consommation n’a rien a voir avec le fait que le Bitcoin soit minable par ASIC. Si Bitcoin était Asic-resistant, les fermes de Bitcoin serait des fermes à GPUs, et le nombre de Watt consommé serait approximativement le même (et les fabriquants AMD, Nvidia auraient alors fortement augmenté leur production, et Bitmain n’existerait pas).

    Il faut comprendre que comme la difficulté est ajustée automatiquement avec le hashrate total, plus il y a de mineurs sur une monnaie, plus elle devient difficile à miner, et plus le gain diminue, ce qui provoque une régulation de fait. Ceci est complètement indépendant de la machine que tu utilises, et même de l’algo lui-même, et ceci est vrai pour le Bitcoin comme pour Ethereum. Le seul facteur qui fait que la consommation électrique du minage augmente, c’est donc la valeur d’une unité de la monnaie. A valeur constante, le nombre de mineurs et la puissance de hashage va s’ajuster pour maintenir un profit acceptable pour les mineurs. Si la valeur de la monnaie augmente, le profit (lié au minage) va augmenter, jusqu’à ce que d’autres mineurs arrivent sur le marché, augmente la puissance de hashage globale (et donc la consommation électrique), augmente ainsi la difficulté, et donc réduit le profit (et le ramène globalement au niveau précédent).

    Au final, pendant une période ou la récompense par bloc est fixée (soit 4 ans pour le Bitcoin, (tous les 4 ans, on divise par deux)) le système (et la consommation électrique) est uniquement régulé par le marketcap. (Enfin pour Ethereum c’est un peu plus compliqué, car le nombre d’ETH n’est pas fixé, mais ceci ne change pas fondamentalement le principe précédent). C’est un équilibre assez subtil et pas très stable, car le prix de la monnaie justement est extrêmement volatil.

    A plus long terme, ceci implique que le marketcap du Bitcoin peut être multiplié par 2 tous les 4 ans, sans pour autant forcer une augmentation de la consommation électrique globale. Comme le marketcap a augmenté énormément ces derniers temps à un rythme plus élevé que 2 fois / 4 ans, le profit du minage a augmenté énormément, et du coup la consommation électrique aussi.



  • @CLX je pense ne pas confondre. Que cela soit transparent ou non pour le mineur, dans tout les cas j’ai bien parlé de la complexité des calculs que système de minage du mineur, que se soit miner directement le bloc lui même (ethpool.org par exemple où on mine directement le bloc de ce que j’ai compris) ou des sections du bloc subdivisés en milliers/millions de morceaux (les fameux share), cela ne change rien à part la terminologie.

    En l’espèce, je parle bien du travail qu’effectues les machines, donc bloc ou share on s’en tape du terme. Le fait est que Nanopool fixe la difficulté de travail, de ce fait cela permet une constance qui est la suivante : plus tu as de capacité de minage, plus tu gagnes. Contrairement au Bitcoin où plus tu as de capacité, moins tu gagnes car la difficulté de travail augmente. Donc cette régulation dans le travail qu’effectue ton matériel, sur l’Ethereum, n’est pas présent sur le pool Nanopool, ce qui fait que dans tout les cas, tan que ce pool continuera ainsi, une simple carte graphique sera capable de miner et apporter des bénéfices même s’ils sont légers. Comme la difficulté de travail est fixée, ça ne pose aucun soucis d’autant que les cartes graphiques sont de plus en plus puissantes, donc le hashrate minimum nécessaire par rapport à la difficulté, sera toujours respecté.

    Ensuite, je suis pas d’accord avec toi sur la consommation, un ASIC consomme beaucoup plus que de simples cartes graphiques. J’en prend un au hasard parmis ce que me donne google en résultat : https://fr.aliexpress.com/item/Nouveau-Bitcoin-Mineur-S9-13-5-T-AntMiner-ASIC-BTC-Bitmain-Mini-re-Machine/32847675378.html?src=google&albslr=116341814&isdl=y&aff_short_key=UneMJZVf&source={ifdyn%3Adyn}{ifpla%3Apla}{ifdbm%3ADBM&albch=DID}&acnt=494-037-6276&albcp=653166695&albag=38698771891&slnk=&trgt=61865531738&plac=&crea=fr32847675378&netw=g&device=c&mtctp=&gclid=CjwKCAiA15vTBRAHEiwA7SnfczDJLNnsgyb58znt2tNwhZ_GywNS6aGQbBecjMnUtRKuR0Pw4c4y_RoC4RMQAvD_BwE Ce Bitcoin Miner, consomme 1350w et je doute qu’un seul soit actuellement rentable, il en faut plusieurs. Autrement, du matériel suffisant pour miner de manière à avoir quelques centimes de bénéfices sur le Bitcoin, c’est une consommation approchant celle d’un aspirateur (environ 2800w en général les aspirateurs quand même), par rapport aux habituels rigs de minage Ethereum de 6 cartes (cas le plus courant) avec une alimentation de 1000 ou 1200w ne tournant pas à fond, et qui offre un bénéfice bien plus important alors que ETH est très en dessous du BTC.

    Si le Bitcoin pouvait toujours se miner avec un rig de 6 cartes, on serait donc avec près de 2x moins de consommation et de pollution. Je rappel que pour la rentabilité, le Bitcoin ce sont des fermes de minages de beaucoup d’ASIC Miner et dans les pays dont l’électricité est la moins cher mais aussi la plus polluante. En comparaison, j’ai fait les calculs, miner avec mes 2 CG dans mon PC perso (qui tourne que 16h/jours), je suis rentable (je gagne pas des masses, mais je suis rentable) alors que je suis en France avec donc le coût électrique normal.

    Tu saisis la forte différence de consommation électrique et donc de pollution ? Les centrales nucléaires ne polluent pas pour produire l’énergie, les centrales au charbon elles oui et pas qu’un peut.

    Donc oui j’affirme que sur bitcoin.fr ils ont raison, ces histoires de consommation et pollution, c’est vrai et faux, vrai dans le fait que c’est une forte consommation et pollution mondiale (qui aurait pu être évité si on avait pas besoin de ces machines spéciales à très forte consommation électrique tournant H24), et faux dans on nous dit que la majorité de la consommation et pollution mondiale c’est le Bitcoin, car selon les calculs c’est UN pays dont on atteint la consommation et c’est en comptant l’intégralité de la blockchain, pas la consommation par pays où se trouve la blockchain.



  • @christophedlr

    Tu confonds encore la “share difficulty” avec la difficulté associé au minage. La share difficulty influe sur l’écart-type avec lequel un mineur reçoit ses récompenses, par sur la moyenne (dans le temps).

    La difficulté en revanche est contrôlée par la monnaie et dépend du nombre de mineurs (le Hashrate global). Donc : si d’un coup tout le monde multiplie par deux ses gpus de minage sur Ethereum, il n’y aura pas deux fois plus de gains pour tout le monde. Il y aura automatiquement une augmentation de la difficulté (aucun lien avec les pools) qui fera que les gains seront plus faibles.

    Bien entendu, si toi tout seul tu passes d’un gpu à deux gpus, la difficulté globale n’augmente que de façon infime (quasi négligeable) dont tu gagneras (toi seul) deux fois plus, mais ceci est vrai aussi pour le Bitcoin, si tu passes, toi seul, d’un Antminer à deux.

    Le fait que les Antminer consomment plus n’a aucune importance. Si Bitcoin était Asic-resistant, et qu’un Antminer consomme 1400 watts (disons) et qu’un rig consomme 700 Watts (disons), alors les fermes actuelles possédant N Antminer (car ce nombre N correspond à leur optimisation de ROI) auraient du coup : 2N rigs… Au final cela revient strictement au même en terme de consommation. C’est logique : si le minage t’apporte beaucoup de profit avec N rigs, et que tu peux en fait consommer de l’electricité pour 2N rigs, alors tu vas automatiquement faire 2N rigs pour augmenter ton profit. Si tu restes avec N rigs, les autres fermes qui passent à 2N rigs vont faire augmenter la difficulté globale, et tu seras même obligé de passer à 2N rigs pour maintenir ton ROI.

    Donc ce que tu dis est inexact : si le Bitcoin pouvait se miner avec des Gpus, la consommation électrique serait similaire.

    Je ne parlais que de la consommation dans mon message précédent et pas de pollution. Si Bitcoin était Asic-resistant, alors la pollution, elle, serait effectivement (un peu) plus faible, car les fermes seraient distribuées dans plus de pays où l’électricité est plus propre qu’en Chine qui est le fabriquant des Asics. (Canada, Islande, etc.) Mais la Chine aurait quand même d’énormes fermes de gpus donc la pollution engendrée ne serait pas très différente.



  • Ma petite idée la dessus :
    les gains de minage d’une monnaie sont liés :

    • a la valeur de la monnaie
    • aux gains en monnaie (création de monnaie + fees)
    • pour chaque mineur, a la difficulté et sa part de puissance de calcul dans la difficulté globale

    les gains de minage se répartissent entre ces 3 “comptes”

    • cout électrique directement lié a l’utilisation du matériel
    • amortissement du matériel
    • gains

    Les conséquences :

    • des gains élevés incitent les investissements (hausse de la difficulté) et donc ceux ci ont tendance a décroitre.
    • si le cours de la crypto augmente rapidement, les gains augmente également rapidement car il est difficile de produire du matériel de minage a la même vitesse que l’augmentation du cours.
    • le point précédent est valide principalement pour les crypto en minage par ASIC. Les cryptos en GPU/CPU peuvent (ou pourraient) bénéficier du large stock disponible dédié à d’autres utilisations qui peuvent switcher rapidement pour miner. il serais intéressant de connaitre pour les CPU/GPU : la proportion de matériel dédié au minage, et la proportion qui pourrais miner si le gain est possible.
    • il est possible de miner pour un gain négatif, si ne pas miner coute plus cher en mobilisation de matériel.
    • si on veux réduire la consommation électrique, il faut privilégier des algos ne pouvant tourner que sur du matériel cher (amortissement matériel plus fort = cout électrique plus faibles). peut-on imaginer un algo devant tourner sur un CPU sur des carte graphique avec beaucoup de mémoire ?
    • en cas de chute du prix d’une monnaie, il est possible que les gains deviennent trop négatif et que les miners débranchent une partie de leur installation. on entrerais alors dans une période avec de faibles gains, car le matériel est disponible et les mineurs ne chercherais alors qu’a limiter leur perte, cad au minima a amortir leur matériel. les gains ne pourrais revenir que lorsque le prix de la monnaie retrouve son cours “avant perte”.

    Qu’en pensez vous ?



  • @French-Myridians Je suis d’accord globalement. Deux remarques :

    • le point précédent est valide principalement pour les crypto en minage par ASIC. Les cryptos en GPU/CPU peuvent (ou pourraient) bénéficier du large stock disponible dédié à d’autres utilisations qui peuvent switcher rapidement pour miner. il serais intéressant de connaitre pour les CPU/GPU : la proportion de matériel dédié au minage, et la proportion qui pourrais miner si le gain est possible.

    A mon avis c’est aussi valide pour les GPUs, car l’effet d’un switch serait assez faible pour les monnaies principales. Un gamer a rarement 6 GPUs haut-de-gamme en stock, donc même si tous les gamers switchent vers le minage, la difficulté ne vas pas énormément augmenter.

    • si on veux réduire la consommation électrique, il faut privilégier des algos ne pouvant tourner que sur du matériel cher (amortissement matériel plus fort = cout électrique plus faibles). peut-on imaginer un algo devant tourner sur un CPU sur des carte graphique avec beaucoup de mémoire ?

    Si par exemple on change l’algo d’une monnaie pour qu’à Hashrate égal, on soit obligé de dépenser plus en matériel, ceci est globalement équivalent à l’idée d’augmenter la difficulté en bloc (on fait une translation) car si on augmente la difficulté, alors il faut acheter plus de machines pour maintenir son gain.

    Et effectivement, la conséquence directe est que les mineurs vont diminuer en nombre (en fonction de l’importance de l’augmentation de la difficulté) et se localiser dans les régions où l’électricité est peu chère. Mais au final la consommation devrait remonter alors puisque la multiplication du matériel de minage se fera dans ces zones où le ROI reste bon. Donc à long terme, je pense pas ça change beaucoup les choses concernant la consommation.

    Le problème de la pollution n’est pas un problème que les cryptos se doivent de résoudre, c’est un problème que les états et la société doivent résoudre, par exemple, en travaillant sur les énergies propres, en taxant la pollution, etc.

    Ce qui est souvent ignoré, c’est justement que les cryptos et le pow en général donne une énorme motivation à la recherche vers les énergies propres, le rendement Hashrate/Watt et donc le progrès technologique. Ce qui peut avoir d’énormes conséquences positives pour la société.


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.