A noter : souvent le chapô n’est pas rédigé par le journaliste lui-même, mais par la rédaction. Ca explique probablement ce titre navrant.