Selon Morgan Stanley, l’euro numérique pourrait drainer 8% des euros conservés par les banques