Blockchain et protection des créations : un mariage en or ?