Selon Max Keiser, les altcoins sont à bout de souffle