Bitcoin XT : ce qu’ils en pensent



  • Quelques jours après son lancement, _Bitcoin XT _représenterait 8,4% des ordinateurs possédant un programme bitcoin dans le monde, selon l’agence Bloomberg. Alternative crédible ? Coup d’épée dans l’eau ? Dangereuse aventure qui menace la stabilité du cours et la crédibilité du système ?… Bitcoin XT est sans doute l’initiative la plus diversement appréciée par la communauté Bitcoin. Eric Larchevêque, Karl Chappé et Pierre Noizat ont accepté de nous livrer leur point de vue sur cette entreprise controversée.

    Eric Larchevêque, cofondateur de Ledger et de la Maison du Bitcoin :

    « Bitcoin XT est une version de Bitcoin Core qui intègre un certain nombre de patchs dont celui qui fait le plus débat : l’intégration de BIP101 (github.com/bitcoin/bips/blob/master/bip-0101.mediawiki)). BIP101 est une proposition de Gavin Andersen visant à augmenter la taille des blocs à 8Mo (au lieu de 1Mo) dès qu’une super majorité des blocs minés sera acquise (75%). Ensuite, tous les deux ans, la taille des blocs sera doublée jusqu’à obtenir un max de 8Go par bloc en 2036.

    _Il s’agit là d’un hard fork *, qui sera activé au premier bloc d’une taille supérieure à 1Mo miné. Ces blocs seront relayés par Bitcoin XT et rejetés par Bitcoin Core. Deux chaînes distinctes seront alors en existence, où vous pourrez dépenser vos coins sur chacune des deux.  _Évidemment, l’idée est que dans le cas d’un hard fork (déclenché par une super majorité des mineurs), tout le monde passerait sur la chaîne gagnante et le hard fork serait résolu.

    Le débat sur la taille des blocs est complexe, et il suffit juste de retenir qu’il n’y a aucun consensus dans la communauté pour le moment, que ce soit sur la volonté d’augmenter les blocs ou la méthode à utiliser. Bitcoin XT est une sorte de « coup » qui vise à accélérer les choses (en tout cas le débat) en proposant une implémentation et une alternative.

    _Mon avis personnel […] est que XT n’a aucune chance de réussir car il manque justement un consensus. Les enjeux sont tellement importants qu’il me paraît impensable que des acteurs économiques engagés dans Bitcoin prennent le risque d’un hard fork sans un support total de la communauté. __Le principe de vote (d’activation) de XT est basé sur une super majorité des mineurs. Mais les mineurs ne sont pas les acteurs économiques les plus importants du système : les échanges, les marchands et les wallets sont ceux qui, au final, décident d’une grande partie de ce qui peut ou ne pas être. _Quel intérêt de miner un bloc sur une chaîne non reconnue par un échange ? Ou d’avoir des bitcoins inutilisables chez un marchand ?

    Un consensus n’est pas une super majorité de six acteurs du minage, c’est un véritable accord global avec un minimum d’opposition. C’est bien évidemment difficile à obtenir et cela prend du temps.

    Il existe une demi douzaine d’approches actuellement en discussion (BIP100+) et on peut espérer qu’une approche emportant l’adhésion soit trouvée dans les six mois.

    Pour finir, mon opinion sur le débat de la taille des blocs :

    – Bitcoin doit scaler, je ne suis pas partisan d’une chaîne réservée aux grosses transaction à hautes fees ;

    – Les payment channels sont très prometteurs (Lightning Network) mais ce n’est pas la seule réponse nécessaire au scaling ;

    – Si on retire le spam on est encore assez loin d’un blocage réel à 1Mo, on a donc encore quelques mois de réflexion, il n’est pas nécessaire d’appliquer une politique de la terre brûlée (XT) ;

    – L’augmentation de la taille des blocs a des implications complexes et profondes notamment sur le mining, il faut donc augmenter progressivement et selon des besoins réels ;

    – Je ne suis pas un partisan de XT même si j’apprécie le mérite de poser le débat de manière très concrète et donc de contribuer à faire avancer les choses. »


    Pierre Noizat, confondateur de Paymium

    « En première lecture, BitcoinXT est un “hard fork” sur bitcoin destiné à augmenter la taille des blocs. L’initiative est une dissidence par rapport au “core team” mais c’est dans la logique de bitcoin qui va laisser une majorité de mineurs et d’utilisateurs décider de basculer sur cette nouvelle implémentation ou de rester sur le Core Client (qui reste l’implémentation de référence). »


    Karl Chappé, organisateur du groupe Paris Bitcoin Meetup

    « Au-delà du débat sur la taille des blocs, c’est la question de la gouvernance de Bitcoin qui est importante. Certaines personnes comme le directeur du MIT Lab proposent de centraliser ce type de décision à l’avenir, ce qui doit être combattu avec la plus grande force. Par contre, il me semble nécessaire d’améliorer l’information entre les différents groupes.

    […] Personnellement je ne suis pas pour un hard fork donc je ne soutiens pas cette initiative qui de toute façon n’a aucune chance de passer en l’état actuel. »


    <sup>* Hard Fork (littéralement : « _fourche dure » _) : Modification du logiciel telle que les blocs produits par la nouvelle version ne sont plus reconnus et sont invalidés par l’ancienne. Dès lors la blockchain se divise en deux avec le risque de double paiements jusqu’à ce qu’une des versions élimine l’autre.</sup>