[Presse régionnale] Le Télégramme et Ouest-France ● Cryptomonnaie. Un habitant de Baye escroqué de 134 000 euros

  • Modérateur -

    Le Télégramme - Édition du samedi 29 décembre 2018

    Cryptomonnaie. Un habitant de Baye escroqué de 134 000 euros

    Sébastien Monréal, habitant à Baye, a déposé une plainte à la gendarmerie de Quimperlé, lundi, pour escroquerie à la crypto-monnaie. Montant du préjudice : 134 000 euros. Par Cyril Bottollier-Lemallaz

    Premières lignes Attention aux escroqueries ! Cet habitant de Baye en a fait les frais à ses dépens. Sébastien Monréal a commencé à placer son argent, en juin 2018, dans des sociétés spécialisées en crypto-monnaies. « Cela a commencé en avril », avoue-t-il, ne se souvenant plus comment il a été contacté par ces sociétés. D’abord réticent, il a commencé par placer 1 000 euros, en juin. Puis cela a continué. (…)

    0_1546158563314_letelegramme.jpg

    © Tous droits réservés
  • Modérateur -

    Ouest-France - Édition du mercredi 09 janvier 2019

    Baye : un homme escroqué de 134 000 €

    Alors qu’il espérait réaliser une jolie plus-value, un habitant de Baye a été victime de placements plus que hasardeux dans deux sociétés basées en Angleterre. Il a perdu au total 134 000 €. Par Vincent Thaéron

    Extrait (…) Au départ, il arrive à joindre très facilement et quotidiennement les responsables de ces deux entreprises. « Je les avais régulièrement au téléphone. Ils me disaient de ne pas lâcher. De continuer. Ils ont réussi à me mettre totalement en confiance.» Mais, brusquement, du jour au lendemain, plus personne ne répond au téléphone et les mails qu’il adresse lui reviennent avec la mention : adresse introuvable. Avant cela, « le 24 décembre. j’avais quand même voulu clôturer le compte. » Pour récupérer au minimum, sa mise de départ. « Là, ils m’ont parlé de taxes et m’ont dit que je leur devais encore la somme de 62 500 € pour pouvoir tout arrêter. » (…) Il a donc déposé plainte à la gendarmerie de Quimperlé. « J’y ai passé trois heures. J’ai senti une vraie écoute. » Puis il a pris contact avec une avocate, qui l’a dirigé vers un cabinet d’avocats spécialisé dans ce genre d’affaires. « Ils m’ont prévenu que cela allait être très long. » (…)

    VISUEL copie 5.jpg

    © Tous droits réservés