Antonopoulos : Attaque des 51 %