Comment investir dans la monnaie PETRO?



  • J’ai pris connaissance à la monnaie PETRO grace à cette article :
    http://cryptocommunaute.forumactif.com/t130-pourquoi-investir-dans-le-petro-ne-serait-pas-une-si-mauvaise-idee-qu-il-n-y-parait

    J’aimerais savoir comment on investit dans cette monnaie?



  • Oula … c’est toi qui voit 🙂 Personnellement je ne pense pas du tout que cela soit une bonne idée. Quant à croire que cette “monnaie” pourrait être adossée à une valeur réelle franchement … venant d’un pays qui dépasse les14 000% d’inflation par an … et qui en plus crie haut et fort que cela va lui permettre de contourner les sanctions US … Je passe 😉



  • Je me pose pas mal de questions sur cette monnaie aussi.
    Je n’investirai pas pour ma part mais plus parce que je ne veux rien avoir affaire avec le pétrole en général.



  • J’en avait entendu parlé, et effectivement ce serait pour moi quelque chose à suivre (Comme pour la Crypto de Dubai…).

    Ça peut être intéressant de voir ce que cela va donner, (crypto d’État… + pétrole… ya de quoi attirer des investisseurs ^^).



  • Du coup, c’est sorti aujourd’hui si j’ai bien compris…

    A priori le site officiel c’est : http://www.elpetro.gob.ve/index-en.html

    Il y a des “instructions” pour acheter en .pdf et Espagnol…


  • Admin

    @djun a dit dans Comment investir dans la monnaie PETRO? :

    J’aimerais savoir comment on investit dans cette monnaie?

    Tu n’investis pas 👎

    Il n’y a pas besoin de chercher, le Venezuela est soumis à des sanctions internationales et cela irait contre ces sanctions.

    Et surtout cela aiderait le dictateur en place à maintenir son pouvoir.

    text alternatif



  • J’investirais aussi peut-être, justement pour aider le président élu et le peuple Venezuelien a sortir de l’embargo injuste des américains…


  • Admin

    @vincent81 a dit dans Comment investir dans la monnaie PETRO? :

    le président élu et le peuple Venezuelien

    Tu n’aideras que le “président” et sa caste chaviste.



  • Hey @djun ! J’arrive un peu tard dans le débat, et nous sommes maintenant après l’ouverture initiale des hostilités digitales ! Après le premier jour, PETRO aurait levé pas loin d’un milliard de dollars.
    https://www.ccn.com/venezuelan-president-claims-petro-pre-sale-netted-735-million-first-day/
    Je vois que le débat tend à devenir politique, je vais essayer d’argumenter en restant aussi loin que possible d’une quelconque prise de position politique.
    Je suggèrerai cependant de réfléchir à la chose suivante : Comme pour toute autre ICO, Il n’y a pas mal de points de doutes autour de PETRO. Cependant, la magnitude du projet (il serait l’une des plus grosses ICO vue si son hard cap est atteint) vient également avec un nombre de risques accru.
    J’ai rapidement parcouru le whitepaper (je vais m’atteler plus sérieusement à la tâche et probablement écrire un article dessus), mais dès la première lecture, certains points de questionnement émergent.
    Je recommande ce lien intéressant qui résume le contenu du whitepaper:
    https://news.bitcoin.com/venezuela-releases-petro-whitepaper-ahead-5-billion-ico/

    PETRO se veut donc être la première crypto-monnaie supportée par un gouvernement (elle va être acceptée pour les paiement administratifs, etc…) et est en cela très intéressante. Aussi, PETRO est lié aux réserves de pétrole du Venezuela, liant donc la crypto-monnaie à une ressource physique. Ces deux points sont extrêmement intéressant et seront très attractifs pour les crypto-investisseurs effrayés par le fait que les fiat soient de nos jours toutes sujet aux volontés des banquiers centraux qui peuvent en imprimer à foison.

    C’est la d’ailleurs le principal argument du gouvernement Vénézuélien, qui suggère que le dollar est la monnaie de référence et que depuis l’abolition du gold standard, “l’économie mondiale est instable, et ceci se fait particulièrement au détriment des pays en développement” (sous le gold standard, les monnaies traditionnelles étaient soutenues par les réserves d’or des pays. En d’autres termes, il était impossible d’imprimer plus de billets que vous n’aviez de réserves d’or).
    Ce point est discutable et est discuté dans les cercles économiques modernes, mais il est tout à fait audible.
    A titre personnel, je trouve très séduisante l’idée d’avoir une monnaie basée sur un actif physique. En cela, PETRO est une sorte “d’anti-Tether”, puisque Tether est indexé sur le dollar américain qui n’est par essence, lui-même plus indexé sur aucune valeur physique. Comprenez-moi bien, ma position n’est pas du tout anti dollar ou que sais-je (au contraire), il est juste intellectuellement vrai qu’en l’absence de ressource physique aisément convertible telle que l’or, la valeur d’une monnaie repose uniquement sur la confiance que ses utilisateurs lui expriment (c’est vrai pour toute “currency” mais l’attrait de la convertibilité en or est précisément que vous pouvez changer votre devise en or à tout moment).

    Discutons maintenant des problèmes potentiels posés par PETRO:

    1. Premièrement, le manque global de transparence quant au fonctionnement de la monnaie est assez inquiétant. En effet, loin de moi l’envie de faire de la politique, mais dans un pays ou le système est cassé et conduit les gens à faire la queue pendant 6 heures juste pour acheter un poulet, il apparait légitime de vouloir savoir le cheminement d’un investissement éventuel.

    2. Découlant naturellement du point numéro 1, la question de la capacité du gouvernement Vénézuélien a tenir ses promesses dans un environnement transparent a de quoi faire poser quelques questions. PETRO sera indexe sur le nombre de barils de pétrole produits dans le champ d’Orinoco au nord du pays (1:1 me semble-t-il). En revanche, en terme de mécanismes, qu’est-ce qui garantit à l’investisseur que la production de pétrole et l’acheminement fait par l’ouvrier d’Orinoco va effectivement être acheminé et traité dans les proportions indiquées ? Le Venezuela n’est pas le pays le plus transparent du monde et je les vois mal inviter l’UNICEF ou les associations de consommateurs à venir vérifier le fonctionnement de leurs champs pétrolifères…

    3. Tout ceci nous amène au point 3, à savoir que cette opération est très intéressante pour le gouvernement Vénézuélien. En effet, le pays est en proie à une crise dévastatrice et est sous le coup de sanctions variées. L’argent qui afflue dans le PETRO peut venir du monde entier (c’est d’ailleurs probable que bon nombre d’investisseurs soient étrangers), et va directement dans les poches du gouvernement. Le gouvernement Vénézuélien a donc directement accès au fond, et l’investisseur a une monnaie qui dépends de l’activité du dit gouvernement. En cas de fraude de ce dernier, il n’y a aucun recours pour l’investisseur. Ce qui nous amène au point 4 :

    4. Une nouvelle fois je ne souhaite pas faire de politique, mais en tant qu’investisseur potentiel, nous nous devons tous de nous poser les bonnes questions. Ainsi, lorsque l’on analyse un projet, la première question que l’on doit se poser est celle de la compétence de la team impliquée. La question étant, a-t-on vraiment confiance en la team gouvernement du Venezuela?
      Au-delà du questionnement de ses compétences techniques et de son savoir-faire dans le domaine de la blockchain, je crois qu’il est légitime de se demander comment un gouvernement s’asseyant sur les plus larges réserves de pétrole du monde et ayant malgré tout amené son pays a la ruine va-t-il pouvoir gérer l’implémentation d’une crypto-monnaie basée sur lesdites réserves pétrolières avec succès ?
      Une nouvelle fois, je ne souhaite pas du tout émettre un avis politique, mais pose simplement la question du skill de la team derrière une crypto-monnaie, qui dans ce cas s’avère être un gouvernement avec toutes les pressions et obligations attachées à l’activité de tout gouvernement.

    5. Enfin dernier point : celui des sanctions. Le Venezuela est pour un tas de raisons dans le collimateur des pays occidentaux, et plus particulièrement des Etats-Unis. Il reste à voir si les autorités des pays compétents ne vont pas essayer de mettre en place des barrières pour leur ressortissants. Après tout, PETRO est une manière directe et avouée de passer outre les sanctions mondiales (ce qui est tout à fait compréhensible du point de vue du Venezuela). En revanche, le regard des pays occidentaux vis à vis des investisseurs en PETRO sera peut-être moins clément car ils souhaiteront probablement ne pas favoriser ce type de contournement des règles (ce qui se comprend également de leur point de vue).

    Voilà pour mon analyse, navré d’avoir été aussi long mais le sujet est passionnant. J’écrirais certainement un article à ce sujet dans les jours qui viennent. A bon entendeur !


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.