A contre courant



  • Bonjour,

    Vous allez peut-être m’incendier, mais je trouve que l’utilisation des crypto est plus lourd que la monnaie traditionnelle :

    Inscription sur un site pour acquérir la monnaie
    Transfert de cette monnaie dans un wallet et sécurisation de celui-ci en “dur” (clé usb)
    Si plusieurs monnaie, plusieurs wallet différent… etc etc
    Le minage utilise beaucoup de ressources écologique, humaine/machine… alors que le cash traditionnel… un billet est imprimé qu’une fois 🙂
    Et enfin : pas d’internet (coupure mondiale) plus de monnaie …

    🙂


  • Admin

    @tetedeturc a dit dans A contre courant :

    Bonjour,

    Vous allez peut-être m’incendier, mais je trouve que l’utilisation des crypto est plus lourd que la monnaie traditionnelle :

    Inscription sur un site pour acquérir la monnaie
    Transfert de cette monnaie dans un wallet et sécurisation de celui-ci en “dur” (clé usb)
    Si plusieurs monnaie, plusieurs wallet différent… etc etc
    Le minage utilise beaucoup de ressources écologique, humaine/machine… alors que le cash traditionnel… un billet est imprimé qu’une fois 🙂
    Et enfin : pas d’internet (coupure mondiale) plus de monnaie …

    🙂

    Pour tout te dire, j’ai bossé avec un biélorusse pour dev un site internet il y a peu.

    On a regardé plusieurs moyens de paiements tous plus compliqués les uns que les autres, et au final je l’ai payé en bitcoins : en quelques heures c’était réglé, le paiement était reçu et il avait changé les bitcoins en roubles

    Il n’avait jamais utilisé un moyen de paiement aussi rapide.

    Est-ce que j’utiliserais pour autant bitcoin pour payer mon café ? Je ne pense pas, ce n’est pas, à mon avis, son objectif



  • Tu parles en tant que privilégié , dans d’autres pays (continents), le système bancaire n’est pas aussi conciliant …
    Bref, la facilité d’utilisation va s’améliorer progressivement pour s’intégrer dans un système de transactions fluides… il faut laisser le temps au temps !



  • Je suis d’accord avec toi sur l’état actuel des choses et les défauts que tu pointes (mis à part la dépendance à “internet”, qui me semble un petit abus de langage, tout de même, internet étant bien utile pour tenir le registre, mais pas nécessaire, stricto sensu, on pourrait très bien imaginer un ledger distribué sans internet ou réseau similaire, mais on est d’accord, les vérifications de transactions se mettraient à prendre tellement de temps que ça deviendrait inutilisable. Donc ouais, ok.).

    Par contre, à l’instar de ce que dit ffmad, il y a un nombre d’avantages que la monnaie traditionnelle n’est pas capable d’apporter.

    La non régulation, et surtout la non-régulabilité iso-fiat (je ne sais pas si ce terme est compréhensible, mais je veux dire qu’on ne peut pas, par design, appliquer les mêmes règles de régulation que celles qui existent avec une entité centrale,), est à la fois un avantage et un inconvénient. Sans entrer dans le côté moral ou non des monnaies régulées, la confiance dans le système est parfois ébranlée, et les gens cherchent de plus en plus comment échapper aux systèmes centralisés. (un exemple concret a été la crise chypriote : http://www.usine-digitale.fr/editorial/la-crise-chypriote-un-jackpot-pour-la-monnaie-virtuelle-bitcoin.N194184).

    Egalement, le fait de faire confiance non plus à une autorité humaine mais à une autorité scientifique (la cryptographie) pour “imprimer” la monnaie est un point non négligeable, ne serais-ce pas une réelle manière de rendre le pouvoir de l’argent aux gens, en le confisquant aux autorités historiques ? Car par exemple, si tu étais au commandes, est ce que tu t’endetterais en milliers de milliards d’euros ?

    Pour finir, hormis le problème de l’énergie qui me semble une vraie question encombrante, le reste me semble plus lié à la jeunesse de ces nouvelles monnaies qu’autre chose. Rien ne t’empêche d’imprimer des billets-bitcoins (une seule fois), sur du papier, si ce n’est l’absence de capacité de les encaisser (et de rendre la monnaie) en face. Mais si demain les commerçants acceptent massivement des monnaies cryptographiques, ce ne sera plus un problème car des solutions, il y en a, ne manque que la masse critique.

    D’ailleurs, est-ce qu’on ne peut pas imaginer un jour un réel “flippening”, non pas d’une crypto à l’autre, mais du fiat vers les cryptos, perte de valeur à la clef des monnaies traditionnelle suite à l’évaporation de la confiance envers le monde centralisé, sorte de guillotine moderne d’un monde que la finance dirige ?

    Vous avez deux heures.



  • Brésil 2000 – dévaluation du real
    Argentine 2001 – mesure “coralito” = limite des retraits bancaires
    Chypre 2013 – ponction de 47,5% pour les dépôts de plus de 100 k€
    France 2014 – abaissement des limites pour paiements en espèces (1.000 € et 300 € )
    Grèce 2015 – limite des retraits bancaires
    Chine 2015 – dévaluation du yuan
    Inde 2016 – retrait des billets
    France – Election, sortie possible de l’euro
    Venezuela 2017 – hyper-inflation de 1.600 %
    Sans parler de tous les pays qui limitent la conversion / sortie de devises …

    A-t-on vraiment des raisons de ne pas avoir confiance dans nos gouvernements ?



  • @gefinance Merci pour cette liste !



  • à vous tous,

    (MErci groove et gfinance )

    Le problème de la décentralisation n’est pas du tout résolu avec la cryptomonnaie. J’en veux pour preuves le prochain segwit sur le BTC et la scission-création du Bitcoin cash.

    Que je sache, personne ne m’a demandé si j’étais d’accord avec cela, vous oui ?

    On se retrouve donc avec un nombre limité d’acteurs qui décident tel la BCE ou la FED…



  • @tetedeturc

    Sur le(s) forks, personne ne te demande ton avis, mais personne ne te demande non plus de reconnaitre leur valeur. Par exemple, je considère que BCH (prononcer “bitch”) est de la merde en barre, et je choisis de ne pas en avoir / conserver. Ça ne change rien pour moi, sauf si tout le monde décide que XBT est en fait rendu caduque et fuis, mais dans ce cas c’est “tout le monde” qui a décidé, et pas quelques acteurs. Autre exemple, beaucoup de gens considèrent que ETC n’a que peut de valeur (face à ETH), et pour le coup je considère que philosophiquement, ça me corresponds mieux. Si je laisse une valise de billets ouverte dans la rue et qu’on me la pique, je ne considère pas comme normal que le fait que je contrôle la banque ayant émis ces billets me donne le droit d’annuler le cours du contenu de cette valise, puisque j’avais noté les numéros. Si j’ai besoin d’émettre des tokens / smart contracts demain, je considèrerai sérieusement le fait de le faire sur ETC plutôt qu’ETH, pour cette raison.

    Sur les évolutions de protocole, je ne suis pas à la pointe techniquement et je vais peut être dire des conneries, mais de ce que j’en comprends, il y a des propositions, qui sont faites aux mineurs. Par exemple, imaginons une proposition d’évolution fictive que nous appèlerons BURP69. Pour adopter cette proposition dans la chaine, il faut à un moment avoir un consensus, matérialisé par une mise à jour des logiciels de minages d’une majorité des acteurs (le pourcentage nécessaire varie, il me semble, selon les monnaies et selon les types de mise à jour). C’est donc un vote de la communauté, certes pas de la communauté d’utilisateurs, mais de la communauté d’«imprimeurs» de monnaie. Communauté qui est ouverte à tout volontaire, donc quand même franchement différent des banques centrales diverses (je me vois mal débarquer à la BCE : «Salut les copains, j’ai acheté une pochette de Crayolas, si vous avez besoin que je vous file un coup de pate pour le coloriage … Et du coup si je colorie, je peux venir donner mon avis à vos comités exécutifs, ça semble normal non ?»).

    Maintenant tu as raison sur le fait que les décisions sont prise, à un moment. Mais est-ce un problème ? Car pour moi, c’est aussi un aveu nécessaire de l’impossibilité de prédire le futur : «Je suis conscient que le logiciel que je release est imparfait et ne peut pas prendre en compte l’intégralité des évènements potentiels futurs. Je refuse de garder le contrôle dessus, car ce serait un point bloquant pour l’adoption de ce logiciel. J’insère donc (dans le code) des clefs pour qu’un consensus d’utilisateurs (ou de power users) puisse prendre des décisions majeures et les appliquer, selon des règles prévues à l’avance.»

    Le problème se situe surtout dans le fait que les règles sont tellement complexes et nombreuses (multipliées par le nombre de cryptos différentes qui ont leurs propres variantes) qu’il est difficile de comprendre le contrat réel que tu acceptes en utilisant une monnaie donnée. Mais le problème existe aussi avec les monnaies non-crypto.

    Si on prends le cas des non-power-users (utilisateur, et non mineur), donc toi et moi, on ne nous a pas “demandé”, cela dit personne ne nous force à conserver nos bitcoins (ou autre) si les règles définies par les mineurs ne nous conviennent plus. Ce qui est plus dur en EUR par exemple, vu que nombre de services dans mon pays ne seront payables qu’en EUR (les impôts, pour ne citer qu’eux). Et en plus de ça, rien ne m’empêche de monter un business de coloriage de bitcoins, et dans ce cas je deviendrai décideur, de droit.

    Il faut bien que quelqu’un décide à un moment, et finalement ce modèle d’acceptation des patch est basé sur du proof-of-work, c’est assez bitcoin-esque, non ?



  • @tetedeturc t’avais raison pour l’incendie 🔥😂
    Cela dit…
    -Il faut une minute pour installer un wallet sur un smartphone et 1h pour se procurer un porte-feuille dans un magasin.
    -il faut 20 minutes pour s’inscrire sur une crypto-banque contre plus d’une heure dans une banque traditionelle.
    (Tu n’as pas besoin de t’inscrire ou que ce soit si quelqu’un te vend de la crypto)
    -il faut moins d’une minute pour envoyer ou recevoir de la crypto contre Xminutes en monnaie traditionelle pour autant que tu aie le change.
    -tu n’est pas obligé de sécuriser ton Wallet(fortement recommandé) comme tu n’est pas obligé de mettre un cadenas à ton porte billets.

    Tu fais un lien avec les banques qui n’a pas lieu d’être. En crypto tout lemonde est sa propre banque.
    C’est pas toujours évident à comprendre mais quand tu l’utilise au quotidien tout deviens plus clair 😉

    🔥fin 😜



  • @Groove

    Si on prends le cas des non-power-users (utilisateur, et non mineur), donc toi et moi, on ne nous a pas “demandé”, cela dit personne ne nous force à conserver nos bitcoins (ou autre) si les règles définies par les mineurs ne nous conviennent plus. Ce qui est plus dur en EUR par exemple, vu que nombre de services dans mon pays ne seront payables qu’en EUR (les impôts, pour ne citer qu’eux). Et en plus de ça, rien ne m’empêche de monter un business de coloriage de bitcoins, et dans ce cas je deviendrai décideur, de droit.

    La question est de savoir si le bitcoin (par exemple) sera utilisé par tout le monde. Prenons la France, dans quelques années, tout le monde accepte le BTC et plus l’euro pour les dépenses du ménage, investissement, impôts…
    et partant du fait qu’on ne pourra utiliser qu’une seule voire deux crypto au risque de compliquer les échanges commerciaux (voir situation avant l’euro…).
    Si cela se produit et que je ne suis pas d’accord avec le “consensus”, je suis obligé de continuer à utiliser le BTC comme aujourd’hui je suis obligé d’utiliser l’euro…

    @vix18

    Faut-il bien un wallet par coin alors qu’un portefeuille permets d’y ranger tous les billet (EUR, USD … et mêmes les pièces :-)))

    MErci !



  • @tetedeturc pas nécéssairement Jaxx par exemple est un multiwallet qui te permet de ranger une vingtaine(pour le moment) de cryptos différentes, tu peux y ranger 1000000€ en pièces de tous les pays si tu veux et il intègre un bureau de change ouvert même le dimanche (shapeshift Swiss quality😉).
    Est ce que ton porte feuilles de papier peut en dire autant 😜🔥

    (😂 j’aime beaucoup cette discussion 😊)



  • Je rajoute ceci:
    Les Euros ne t’appartiennent pas ils sont la propriété des Etats européens (“rendons à César ce qui est à César”) et les États européens sont endettés jusqu’au cou (bien au dessus même).

    Donc le billet de 10€ que tu a dans ta poche est un crédit qui engendre des intérets en ce moment même au profit des banques privées et donc d’un groupe d’oligarques.

    Ce que tu appelle billet de 10€ moi j’appelle ça obligation de remboursement de 10€ 🤔

    Le Bitcoin t’appartient, il vaut ce que tu estime qu’il vaut il est limité donc de plus en plus rare contrairement au billets qui s’impriment et se falcifient de jour en jour leur faisant perdre de la valeur.

    Le BTC est un actif international comme l’or (mais plus pratique pour s’en servir) mais il n’a pas encore toutes les portes ouverte (question de temps).

    Mon avis est que le billet papier va disparaître et se tansformer en cryptomonnaie centralisée par Etat $ € ¥ et le BTC et une élite de cryptomonnaie actuelle va se greffer au coté du $€¥ et coexister un certain temps. Et tu pourras payer en crypto$ crypto¥ ou BTC…

    C’est seulement mon avis pas d’affolement 😊


  • Etherian

    @vix18 a dit dans A contre courant :

    Je rajoute ceci:

    Donc le billet de 10€ que tu a dans ta poche est un crédit qui engendre des intérets en ce moment même au profit des banques privées et donc d’un groupe d’oligarques.

    Sauf que les taux d’intérêts pour les obligations d’Etat sont actuellement négatifs…
    (en France et pour le long terme, en tout cas)



  • @Sigmar Je te parle pas des taux d’intérets de la BCE qui eux sont négatifs 📉 oui 😂 ce qui est très grave parce-que les banques privées sont payées par la BCE pour emprunter et faire circuler l’argent 😳
    Je te parle des taux d’intérets des banques privées au Etats 📈 qui gagnent sur les 2 tableaux 😱
    L’argent qu’on utilise aujourd’hui n’est rien d’autre que de la monnaie scripturale, du vent quoi!



  • @Sigmar : pour être précis, ce sont les taux overnight qui sont négatifs, c’est pourquoi la politique actuelle des banques est de proposer aux clients toutes sortes de produits financiers pour éviter que les clients aient de l’argent “dormant” sur leurs comptes.
    Les taux d’intérêt long terme (les 10 ans par exemple) sont déterminés par le marché en fonction du risque de remboursement et du rating des pays (par exemple l’Allemagne a 0.4%, la France 0.8% et l’Italie 2.1%, chiffres approximatifs puisque fluctuant mais c’est pour te donner une idée)


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.