Un virus « souverain »