La spirale de la mort de Bitcoin, un serpent de mer aussi probable que le monstre du Loch Ness