CloakCoin nouvelle version & PoSA3 !



  • Bonjour,

    J’ai traduit quelques textes pour CloakCoin.com, je vais les coller ici.

    Je pense que ce coin a vraiment un bon potentiel et une bonne nouvelle équipe de motivés, compétents et honnêtes, contrairement aux créateurs de Cloak qui ont merdé grave en automne 2014, avant de le céder à la nouvelle team de passionnés.



  • CloakCoin
    Un système de payements anonymes, sans tiers de confiance requis

    CloakCoin est une monnaie électronique alternative (cryptomonnaie) conçue pour effectuer des payements totalement anonymes, grâce à un système décentralisé chiffré, qui ne nécessite pas de tiers de confiance externes autres que les utilisateurs, et qui possède une fonctionnalité de preuve de participation anonyme (PoSA3, Proof of Stake Anonymous version 3, résumé, détails). Une boutique décentralisée, sécurisée et anonyme, nommée OneMarket, permettra de faire du commerce de biens et services avec les CloakCoins. Cloak est une cryptomonnaie dite PoS (Proof of Stake, preuve de participation), ce qui génère automatiquement des intérêts sous forme de Cloaks gratuits pour les détenteurs de ce coin. PoSA3 est le système de payement anonyme sans tiers de confiance requis qui est utilisé par CloakCoin, et qui constitue la base des futurs développements, en plus d’être le système financier sur lequel reposera OneMarket. Les possesseurs de CloakCoins peuvent d’ores et déjà effectuer des payements quasi immédiats entre eux, en s’envoyant des Cloaks via leurs portefeuilles respectifs.

    La vie privée et sa protection sont peut-être aujourd’hui plus importantes que jamais auparavant. Les bonds de géant des avancées technologiques ont élargi nos horizons et fait du monde un village, de manière foudroyante. Depuis l’innovation Bitcoin en 2009, le recours à des monnaies électroniques alternatives est significativement entré dans les mœurs, et il nous est désormais possible d’effectuer des payements informatiques sécurisés à l’échelle mondiale en un claquement de doigts, avec l’aide de la puissante technologie Blockchain introduite par Bitcoin. Au fur et à mesure de l’adoption de plus en plus vaste de l’usage des cryptomonnaies, une mise en place d’une régulation légale semble inévitable. Il reste à voir quelle forme exacte cette législation prendra, mais beaucoup de personnes sont préoccupées par le risque que ce soit draconien et conçu de façon à ne plus laisser aucune place aux aspects les plus libertaires de la philosophie d’origine des monnaies électroniques alternatives.

    A cause des objectifs d’universalité de Bitcoin et de son concept « omniscient », l’anonymat des utilisateurs n’a jamais été une priorité pour ses développeurs. Ça a conduit à l’émergence d’un certain nombre de cryptomonnaies spécialement axées sur la protection de la vie privée, avec l’anonymat comme priorité majeure lors de leur élaboration. Il existe différentes approches et méthodologies pour résoudre ce problème d’anonymisation des transactions et des parties concernées, le système PoSA3 est l’une d’elles.

    PoSA3 est au cœur du service d’anonymisation décentralisé et hors blockchain de CloakCoin, qui permet aux utilisateurs de ce réseau sécurisé de s’envoyer des payements anonymes. Il a été conçu pour accomplir cette tâche de manière à la fois chiffrée & anonyme, et sans besoin de tiers de confiance externes (architecture dite trustless). Ceci garantit que les CloakCoins sont toujours protégés tout au long d’une transaction, et que l’expéditeur comme le bénéficiaire ne peuvent être identifiés ni associés l’un à l’autre. Les Cloaks ne passent jamais par une tierce partie hors réseau Cloak sécurisé durant un transfert, ils restent toujours en environnement sûr. Le processus PoSA3 récompense chaque utilisateur Cloak qui contribue à l’anonymisation des payements de tout le monde en autorisant son portefeuille à devenir une passerelle Cloak sécurisée. Ce système continuera à être amélioré, pour motiver les utilisateurs à apporter cette contribution passive de leur part. N’importe qui possédant le programme portefeuille Cloak, contenant quelques Cloaks, peut aider à la transmission anonyme des transactions de tout le monde (il faut que le programme s’exécute en arrière-plan sur l’ordinateur). Ce faisant l’utilisateur recevra des récompenses non négligeables sous forme de Cloaks gratuits.



  • *Traduction de l’interview menée par Fabio Bossi le 13 juillet 2015 :
    http://cointelegraph.de/news/114835/cloakcoin-auferstanden-aus-ruinen
    Cloak se prononce « clauk », pas « cloaque » :-) *

    CloakCoin renaît de ses cendres !

    Au milieu de l’année 2014, quand les premières cryptomonnaies à anonymat amélioré (par rapport au Bitcoin) sont apparues, Cloak, ou CloakCoin, était l’un des projets les plus prometteurs à l’origine. Le nom vient du mot anglais cloak qui désigne un manteau/pardessus, et du verbe to cloak : masquer, cacher, dissimuler, couvrir, faire passer sous le manteau ! La capitalisation boursière a très vite atteint des sommets, presque 6 millions de dollars, et un Cloak valait 0,002 Bitcoin. Ce qui suivit, toutefois, fut un crash soudain et brutal. Une rumeur disait qu’un groupe de personnes avait brillamment réussi un spectaculaire « pump & dump » pour faire monter la valeur du coin et ensuite tout revendre afin d’empocher un maximum de bénéfices. L’équipe de développement avait aussi l’air d’être complètement dépassée et de ne pas pouvoir tenir ses promesses techniques de haut niveau. Elle a finalement annoncé en octobre 2014 qu’elle abandonnait le projet CloakCoin et le confiait à un nouveau groupe de motivés, réunis autour d’un membre du forum BitcoinTalk, surnommé Cashmen (c4shm3n). Pendant des mois, Cloak moribond a végété, avec une capitalisation de seulement 30.000€. Mais en mars 2015, une remarque anodine d’un ex-utilisateur du marché underground Evolution (dont les propriétaires se sont enfuis avec la caisse contenant 40.000 Bitcoins…) a ramené l’attention sur CloakCoin. A la question de savoir comment éviter pareille nouvelle catastrophique arnaque à l’avenir, il répondit qu’il faudrait financer un projet de boutique anonyme décentralisée, comme celle prévue dans CloakCoin à la base. En effet, Cloak, et son nouveau développeur en chef Indigo nous l’avait déjà souligné, se revendique de l’esprit libertaire et anarchique qui imprégnait le Bitcoin à ses débuts.

    Nous nous sommes entretenus avec Cashmen, de l’actuelle équipe Cloak, au sujet de ce coin et de la future diffusion, très proche, de leur nouveau système « PoSA3 » (proof of stake anonymous version 3 : preuve de participation anonyme 3, résumé, détails).

    Cointelegraph : Salut Cashmen ! Cloak a une histoire mouvementée. Depuis quand est-ce que tu t’y intéresses et comment en es-tu venu à reprendre le projet ?
    Cashmen :
    J’ai investi dans Cloak quand la phase de preuve de travail (proof of work, PoW) et de minage touchait à sa fin, soit vers fin juillet 2014. J’ai repris le projet en mains le 14 octobre 2014. Alty, le premier responsable de Cloak, avait annoncé ne plus vouloir continuer à s’en occuper, et m’a dit que je pouvais prendre sa place. J’avais vu, comme beaucoup d’autres internautes, le grand potentiel de CloakCoin et je trouvais les idées présentées très prometteuses. C’est pourquoi j’avais fait un investissement significatif dans cette cryptomonnaie. Quand le pump & dump a été terminé, je me suis retrouvé avec une montagne de Cloaks et un gouffre financier… J’ai contacté Alty, et lui ai dit qu’en tant qu’un des tous derniers grands investisseurs, qui n’avait encore rien revendu, je désirais devenir le nouveau gérant de Cloak.

    **CT : As-tu eu un parcours dans les TIC, es-tu un programmeur ?
    CM : **Je m’intéresse au Bitcoin presque depuis ses débuts, en 2010, mes premiers ont encore été minés avec une carte graphique. J’ai acquis une très grande expérience dans les cryptomonnaies en général. Professionnellement, je ne suis pas un informaticien programmeur, c’est plutôt un hobby. J’ai précédemment collaboré à QuarkCoin et plusieurs autres projets. Mais dans le monde des monnaies alternatives, je suis surtout connu pour mon travail dans Quark. J’ai basculé vers Cloak quand j’ai conclu que QuarkCoin n’avait plus de potentiel d’évolution intéressant.

    CT : Tu as donc dû créer un nouveau groupe de travail ? Comment cela s’est-il passé, et combien de contributeurs sont à présent dans l’équipe ?
    CM :
    Tous les anciens leaders avaient revendus leurs Cloaks et étaient partis chez ShadowCash, dont Alty (le plus gros détenteur) & ses programmeurs. Avant nous, d’ailleurs, Cloak n’avait pas réellement de développeurs dans le groupe dirigeant, il y avait seulement quelques informaticiens engagés et rémunérés par Alty pour travailler sur ce coin. Les personnes qui sont restées fidèles à Cloak étaient celles qui ne savaient rien de l’arnaque pump & dump, comme Indigo ou moi, et de nombreux autres investisseurs. Donc oui, j’ai dû reconstruire une équipe. Ça ne m’a pas été trop difficile, parce que beaucoup de ceux qui étaient encore intéressés par Cloak, étaient aussi motivés de trouver un moyen de récupérer leurs lourdes pertes. Donc nous nous sommes réunis avec une poignée de personnes et on s’est demandé ce qu’on pouvait faire pour continuer. On s’est aperçus qu’Indigo était un programmeur expérimenté, et il nous a proposé son aide. J’ai obtenu l’ancien code source d’Alty. À ce sujet je vais vous citer un extrait d’un de nos anciens communiqués : « On trouvait que la précédente équipe d’escrocs, qui avait donné l’impression que le système PoSA était déjà abouti, et ne nécessitait plus que quelques tâtonnements et résolutions de bugs mineurs, avait été très gentille de nous faire parvenir tout le code source. Beaucoup d’entre vous savent que ça n’a pas été le cas du tout ! ». Au contraire, le code était une vraie bouse, et extrêmement incomplet. Lorsque j’en ai parlé à Alty, je n’ai jamais obtenu de réponse. Quand il gérait Cloak, il racontait que tout allait bien, que tout était bouclé, mais en fait non, même pas 10%. Donc nous nous sommes demandé comment poursuivre, et on a lancé le nouveau projet. C’est devenu PoSA3, qui nous a pris beaucoup de temps.

    CT : Donc, en fait, vous êtes totalement repartis de zéro ?
    CM :
    Oui. Sans personne de l’ancienne équipe, qui s’était enfuie avec le magot. Il ne restait que des ruines. On a dû tout reconstruire à partir de rien, la philosophie du projet, le code, etc… Seul le nom est resté. La question s’est souvent posée de savoir si on devait aussi le changer ou pas, pour des raisons d’image. Mais je n’ai pas voulu, car je savais que Cloak était fort connu, et qu’il valait mieux une mauvaise réputation que pas de renommée du tout. Et puis le nom n’avait rien de mauvais, il n’y a que les gens derrière qui avaient foiré, mais bon, ils ont maintenant tous déserté pour développer ShadowCash.

    CT : Pourquoi ne t’es-tu pas plutôt investi dans un autre projet de monnaie anonyme comme Dash (nouveau nom de DarkCoin) ou Monero ? Seulement à cause de tes investissements ou pour d’autres raisons techniques ?
    CM :
    Mon investissement était une motivation, mais comme j’ai dit, je trouvais les idées de base Cloak très prometteuses, et voulais les voir concrétisées, particulièrement le concept d’anonymat sans tiers de confiance requis (trustless), qui garantit des transactions anonymes sans le moindre besoin d’intervenants externes, et j’aimais aussi beaucoup la proposition d’une boutique décentralisée, OneMarket. Et puisque cette fois j’avais envie de tenir la barre moi-même, j’ai décidé de prendre les choses en mains plutôt que de dépendre une fois de plus de la bonne volonté d’autres personnes. J’ai tellement été déçu et dégoûté par les précédents développeurs, que je n’étais plus capable de faire confiance à une autre équipe gérant une cryptomonnaie.

    CT : C’est compréhensible. Pour les profanes, la discussion sur la meilleure technique d’anonymisation est difficile à suivre, parce que ça devient vite très technique. De plus il y a une certaine rivalité agressive entre les projets concurrents. Peux-tu nous expliquer brièvement ce qui fait l’intérêt de Cloak par rapport à ses semblables ?
    CM :
    Il n’existe pas, par exemple, de serveurs « carrefours » centralisés de confiance (masternodes) présents sur le réseau pour faire les mélanges anonymes des flux de transactions. Chaque portefeuille (donc tout utilisateur Cloak) est un carrefour d’anonymisation sur le chemin emprunté par les payements des autres utilisateurs, il reçoit une rémunération en récompense de ce service, et ceci sans devoir posséder beaucoup de Cloaks, contrairement à Dash. En plus de ce système de mélange particulier créé exprès pour nos besoins et externe à la blockchain, on a mis au point le Cloak Shield et Onion Routing (un système similaire à TOR) pour avoir un trafic de données totalement chiffré et protégé au sein du réseau Cloak. Ça procure une couche supplémentaire de défense contre les hackers qui voudraient essayer d’identifier les utilisateurs. En plus des améliorations de notre fonctionnalité PoS classique (proof of stake, preuve de participation) et présente dans de nombreux autres programmes cryptomonétaires, le système PoSA actuel est en train d’être mis à jour vers PoSA3 pour que les utilisateurs soient récompensés en recevant des Cloaks quand un payement passe par leur portefeuille et qu’ils l’aident ainsi à devenir anonyme, en mélangeant les coins en transit.
    Les transactions PoSA3 ressemblent aux échanges du système CoinJoin sur la blockchain, avec une couche supplémentaire de camouflage, principalement pour déguiser et cacher l’expéditeur & le receveur. Un envoi PoSA3 indique que beaucoup de petits payements, d’un montant égal, ont été envoyés à beaucoup d’adresses, mais il est impossible de déterminer lesquelles de ces entrées et sorties sont « réelles et authentiques ». Ça rend PoSA3 similaire aux cryptomonnaies Dash et CryptoNote en terme d’anonymat, mais notre système ne nécessite pas de serveurs centralisés de confiance (les masternodes) ou de signatures de cercle, et il fonctionne en utilisant une blockchain classique. Enfin, PoSA3 récompense les utilisateurs qui contribuent à anonymiser les transactions, avec des Cloaks gratuits.

    CT : Quelles sont les caractéristiques clefs de ce coin ? C’est désormais un coin dit de « preuve de participation, PoS ». Combien y en a-t-il et quel est le taux d’inflation ?
    CM :
    Il y a eu une phase de preuve de travail (proof of work, PoW) de 7 jours qui a généré un total de 4,4 millions de Cloak. Le coin est maintenant dans sa phase PoS et a une inflation de 6% par an. Le chiffre 6 est une approximation car les portefeuilles ne participent pas tous, comme par exemple ceux des bourses d’échange. L’âge minimum des coins dans le portefeuille pour participer à PoS est de 3 heures, et il n’y a pas d’âge limite. Cloak utilise l’algorithme X13 et un bloc de données est confirmé en 60 secondes (un envoi est vérifié dans ce laps de temps). Il y a actuellement 4,6 millions de CloakCoins.

    **CT : Donc, on gagne des Cloaks grâce à la participation normale du portefeuille (PoS), mais aussi en aidant à anonymiser les transactions des autres utilisateurs (PoSA3) ?
    CM : **C’est exact. L’expéditeur d’un payement PoSA3 paye une « taxe » PoSA3 de 1,8% du montant de la transaction, en plus. Ce pourcent virgule huit est utilisé pour récompenser ceux qui aident à camoufler la transaction. Donc, si un utilisateur envoie 100 Cloaks à quelqu’un, il paye 1,8 Cloaks en plus comme frais. Ces 1,8 Cloaks sont ensuite partagés équitablement entre ceux qui ont contribué au bon déroulement du payement, donc tout le monde est gagnant : ceux qui laissent leur portefeuille Cloak ouvert comme passerelle PoSA3, et ceux qui veulent avoir la garantie de payements vraiment anonymes. La fonction PoS, c’est peu comme les intérêts sur un compte d’épargne bancaire, et le PoSA3, un pourboire supplémentaire pour service rendu.

    CT : Est-ce que l’expéditeur peut décider du nombre de portefeuilles participants par lesquels il veut faire passer son payement anonyme ?
    CM :
    Oui, mais pas seulement ça ! Il y aura deux réglages possibles dans le nouveau portefeuille PoSA3. Le choix du nombre de participants, mais aussi, ce qui est tout nouveau, du nombre de « petites coupures » de l’argent envoyé : ça définit la quantité et la taille des portions des montants entrants et sortants que les participants transmettront. Ça augmente le nombre d’adresses dans les transactions et rend les choses encore plus compliquées pour quiconque voudrait essayer de les identifier, elles sont encore plus dures à suivre. Prenons par exemple un payement qui passera par 10 portefeuilles qui vous aident à anonymiser. Si on examine l’historique public de la chaine des flux Cloaks, on verra 10 adresses sortantes, mais si on scinde ce payement en 10 petites coupures passant chacune par 10 portefeuilles participants, alors on pourra voir 100 adresses de sortie. Une combinaison d’adresses de transit existantes et de nouvelles qui sont automatiquement créées au passage, complique encore plus la traçabilité de transactions Cloaks PoSA3. Dans la version finale publique du portefeuille, le programme sélectionnera automatiquement les meilleurs réglages possibles pour l’anonymisation d’un payement.

    CT : Y aurait-il une raison pour l’utilisateur ordinaire de ne pas faire participer son portefeuille comme passerelle PoSA3, et en pratique, quelle sont les différences quand on change le nombre de participants et de petites coupures pour un payement ? Ce ne serait pas plus simple pour les utilisateurs de simplement pouvoir cocher une case Payement anonyme : Oui/Non, sans devoir s’attarder sur des détails techniques ?
    CM :
    L’utilisateur « de base » qui participe à PoSA3 profite toujours directement d’une fraction des 1,8% des frais facturés à l’expéditeur, à laquelle il a droit. Il n’y a aucun inconvénient. A côté de ça, le travail de fond PoS du portefeuille (qui génère les intérêts) n’est pas affecté par ces récompenses, donc ça peut fonctionner en parallèle. Plus le nombre de participants et de petites coupures est élevé, mieux c’est. Mais l’utilisateur final n’aura pas à trop se tracasser de ça, parce que tout sera automatisé dans la prochaine version publique de Cloak.

    CT : Vous avez lancé un nouveau portefeuille le 15 juillet 2015, et un audit de sécurité va avoir lieu. Que peux-tu nous dire là-dessus ?
    CM :
    Oui, le 15 juillet nous avons débuté les essais publics de la première release candidate (RC1), en faisant fonctionner le nouveau système PoSA3 sur un réseau séparé, dédié aux tests, avec des Cloaks fictifs. Ça permet à n’importe qui d’essayer notre programme et de nous communiquer les éventuels problèmes, remarques ou bugs. Si ce test est concluant, on mettra en ligne la version finale du portefeuille, connectable au réseau Cloak normal. Mais avant, on veut être 100% sûrs que tout fonctionne parfaitement. C’est pourquoi on souhaite tester tout en profondeur dans une simulation, avant d’appliquer ça aux vrais CloakCoins. La sécurité de nos utilisateurs compte beaucoup à nos yeux. L’audit du code source PoSA3 RC1 est en cours et continuera pendant le test du futur portefeuille. Vu qu’il y a une quantité considérable de code à examiner, on a décidé de gagner du temps en commençant l’audit dès que possible. Pour le moment il est difficile d’estimer la date exacte de sortie du rapport de l’auditeur. Toutefois, comme d’habitude, on informera en direct la communauté Cloak de l’actualité des évènements.

    CT : Quels sont les plans concernant OneMarket ?
    CM :
    Les idées et les plans pour notre boutique décentralisée sont là, mais je ne vais pas rentrer dans les détails maintenant. Pour le moment on est très concentrés sur PoSA3, et une fois qu’il fonctionnera de manière 100% stable et fiable, on se réunira et on discutera de la réalisation pratique de cette grande étape suivante du projet Cloak. Nous avons déjà le plus gros du concept, il nous reste à peaufiner les détails. Après, on publiera un livre blanc expliquant OneMarket, mais ce sera de toute façon bien après le lancement de PoSA3. Les grandes belles promesses de tout faire et finir en même temps sont précisément ce qui a causé la perte de l’équipe précédente. On vise la fourniture d’un outil qui fonctionne parfaitement bien, dans un laps de temps raisonnable, avant de s’atteler à la création du suivant.

    CT : Merci beaucoup pour le temps que tu nous as consacré, et bonne chance !



  • **Annonce PoSA3 Release Candidate 1, 15 juillet 2015 **

    Yep, les Cloakers !
    Waha ! Et nous y voilà enfin, avec quelques minutes de retard ! (put… de fuseaux horaires ! :-)
    Nous sommes très fiers de vous présenter la dernière mouture du portefeuille Cloak PoSA3 : la RC1 (version 1.9.7.51). Nous pensons que c’est la version finale de notre système de transactions anonymes PoSA3, sans tiers de confiance requis. Le but de ce test public est de collecter un dernier lot de commentaires de la part des membres de la communauté Cloak, avant que nous finalisions la nouvelle version du portefeuille PoSA3. Comme nombre d’entre vous le sait, la sortie de la RC1 correspond avec le début de notre audit par une tierce partie : le fonctionnement de PoSA3 et du Cloak Shield va être vérifié de manière indépendante, objective et impartiale avant le lancemement officiel du nouveau réseau Cloak. Nous avons travaillé dur là-dessus depuis pas mal de temps et on ne s’attend pas à trop d’ennuis durant cet examen. Comme promis nous publierons un rapport public après l’audit pour révéler les problèmes découverts et expliquer les solutions que nous y avons apportées. Nous souhaitons une fois de plus vous remercier tous pour votre foi permanente dans ce projet, et votre soutien dans cette aventure à laquelle nous participons joyeusement ensembles :-)
    Ce qui a changé dans cette version (depuis la Beta 1) :
    • Dissimulation des flux PoSA sortants améliorée - Les transferts anonymes sortants sont désormais encore plus divisés afin d’encore améliorer l’anonymat des transactions.
    • Ajout de la possibilité de choisir le nombre de fragments utilisés pour l’anonymisation d’une transaction sortante.
    • Ajout d’options pour paramétrer le “routage en onion” (semblable à TOR) du Cloack Shield (nombre minimum de noeuds, d’étapes et de chemins).
    Ceci détermine le nombre minimum de noeuds PoSA à utiliser, le nombre minimum d’étapes à faire sur le nombre minimum de chemins à suivre).
    • Ajout d’un nouvel icône “Statut” au portefeuille pour montrer aux utilisateurs plus d’informations sur les transactions PoSA qu’ils aident à réaliser.
    • Résolution du bug nommé “Deadlock” de la Beta 1.
    Il y a encore un peu de travail à faire sur l’interface graphique du portefeuille pour la version finale, et c’est prévu pendant la phase d’audit. Nous utiliserons aussi les retours de ce test RC1 pour améliorer les réglages par défaut de Cloak Shield et des envois PoSA. Notre objectif est de toujours faire en sorte que l’utilisation courante soit la plus simple pour les utilisateurs, et donc le portefeuille final sera optimisé en ce sens. Tout feedback des participants à ce test sera examiné, et les améliorations nécessaires apportées.
    S’il vous plaît, essayez les différents réglages possibles et notifiez-nous du moindre problème ou des choses qui vous semblent confuses ou pas assez évidentes. En cas de problème technique, une copie de votre fichier debug.log nous intéresse beaucoup. Vous pouvez le trouver dans le répertoire de stockage des données de fonctionnement Cloakcoin. Quand nous faisons des tests en interne, nous préférons effacer ce fichier régulièrement, pour qu’il ne devienne pas trop gros : le journal des évènements pour cette version est assez précis, pour des raisons évidentes de feedback utile durant le test RC1. Connectez-vous à #cloakcoin sur Freenode IRC pour discuter avec nous pendant le test, si vous le désirez.
    Si vous participez à ce test, soyez bien sûr de prendre la précaution de faire une sauvegarde de votre portefeuille Cloak existant wallet.dat, et de la conserver en lieu protégé ! Tout devrait bien se passer, mais pêchez toujours par excès de prudence quand vous jouez avec des cryptomonnaies…
    Retrouvez-nous sur #cloakcoin sur FreeNode IRC (webchat disponible : https://webchat.freenode.net/), où vous pourrez discuter avec l’équipe.
    La Cloak Team



  • Update PoSA3 RC1 et audit, 20 juillet 2015

    Amis Cloakeurs,

    D’abord et avant tout : MERCI à tous ceux qui ont contribué à l’essai public de la RC1 ! Il a été couronné de succès et nous avons récolté beaucoup d’infos utiles !

    Nous souhaitons vous parler un peu de ce test, ainsi que de l’avancement de l’audit de sécurité interne de Cloak. Les essais se sont très bien déroulés, nous avons rassemblé un tas de données (et trouvé quelques nouveaux bugs) qui nous aident à peaufiner les réglages du Cloak Shield avant sa mise en ligne. Les bugs étaient tous de mineurs ennuis d’interface graphique, mis à part pour un problème aperçu une fois dans l’acheminement d’un paquet de données via Cloak Shield. Nous pensons que l’identification et la résolution de ce bug vont contribuer à diminuer les difficultés de bon déroulement des transactions PoSA, qui étaient parfois responsables de l’échec d’un envoi PoSA3, forçant l’utilisateur à manuellement réitérer l’envoi. Nous allons aussi apporter quelques changements graphiques à la zone de statut au bas du portefeuille. Pour le moment, des images préexistantes sont intégrées, mais la version finale les créera à la volée au démarrage.

    L’audit de sécurité est désormais proche de son aboutissement, et nous recevons des mises à jour régulières de la personne qui l’effectue. Aucune faiblesse ni faille potentielle n’a pour le moment été découverte, mais il y a une ou deux améliorations à apporter à la connexion initiale aux nœuds du réseau PoSA, afin d’éviter la divulgation de la clef de chiffrement d’une nouvelle session PoSA. L’auditeur va travailler là-dessus et proposer une solution dans son rapport final.

    Maintenant, parlons un peu Open Source…
    Il y a eu assez bien de discussions sur la nature non publique du code des dernières versions de Cloak (en particulier Cloak Shield et PoSA3). Ceux d’entre vous qui suivent Cloak depuis un certain temps, savent que le groupe d’origine a abandonné le projet Cloak en automne 2014, et que beaucoup de ses membres se sont impliqués dans ShadowCoin (SDC). Depuis, Cashmen a travaillé dur pour constituer une équipe Cloak compétente avec des gens issus du monde des cryptomonnaies, qui ont aussi œuvré avec acharnement pour concrétiser les grandes promesses originelles de la précédente Cloak team. Ce dur labeur s’est avéré payant, et PoSA3 est désormais prêt pour une diffusion publique au sein du réseau CloakCoin existant. Actuellement, nos réticences au sujet de la divulgation du code source du projet sont principalement dues aux craintes de clonage immédiat de Cloak, recyclant notre technologie complexe et notre long travail en un claquement de doigts. Nous voudrions évidemment éviter l’apparition explosive d’une foule d’ObscurCoins similaires, mais nous concevons que la technologie, comme la connaissance, aime être libre. :-)

    En interne, nous avons beaucoup parlé de la publication du code source, et nous avons retourné ça dans tous les sens, avec des idées et propositions qui pourraient satisfaire tout le monde. Il a été proposé de rendre open source seulement des portions du code, ou de le rendre public avec un décalage temporel par rapport aux nouvelles versions. Cette seconde possibilité signifierait que le code source de l’avant-dernière version serait divulgué lors de la mise en ligne de la dernière nouvelle version du programme. Gérer la publication du code source de cette façon permettra à Cloak de garder une longueur d’avance et une relative exclusivité pour les nouvelles fonctionnalités ou améliorations, tout en permettant à l’univers cryptomonétaire de quand même bénéficier de nos efforts. Jusqu’à présent nous avons évité le besoin de recourir à des injections de capitaux externes pour notre travail de programmation. Nous pensons que c’est nécessaire au maintien de l’indépendance et la liberté du projet Cloak, pour innover et s’adapter sans craindre les pressions externes au cas où nous suivrions un chemin qui déplairait à nos sponsors. Si des contributeurs souhaitent soutenir le projet par une donation, ça aide évidemment beaucoup, mais nous ne quémandons pas d’argent pour financer le développement ou la pub. En plus du goût amer que ça nous laisserait (on est des tox accros à la liberté !), ça nous entraînerait aussi dangereusement sur une pente glissante menant à un bourbier juridique. En un sens, vous êtes tous nos supporters, vous êtes ceux qui ont choisi de placer leur foi en nous & dans la promesse originelle du rêve CloakCoin. Certains d’entre vous ont conservé leurs miettes résiduelles de Cloak, malgré les moqueries d’une partie des internautes. D’autres ont suivi l’avancement du projet dans les mains d’une nouvelle équipe, et ont décidé de rejoindre le mouvement. A tous, nous vous remercions pour votre soutien ! Vous êtes CloakCoin autant que nous. C’est à nous de modeler ce projet, ensembles nous construirons quelque chose de beau et fort ! Continuons à collaborer, à discuter et faire de tout cela un succès commun. L’honnêteté et l’ouverture ont toujours été des prérequis pour notre implication dans Cloak, et nous continuerons à être francs et ouverts avec la communauté Cloak. PoSA3 ne nécessite peut-être pas de confiance, mais pour triompher, CloakCoin doit être basé dessus.

    Dans un souci de transparence, vous devriez savoir que tout le monde dans l’équipe Cloak détient un certain montant de CloakCoins. Ça devrait être assez évident, et ne devrait pas vous inquiéter. Personnellement, ça nous effrayerait bien plus si l’équipe de développement d’un coin avait zéro intérêt dans la réussite du projet. Nous rêvons d’utiliser OneMarket avec PoSA3 depuis les premiers jours, et nous allons concrétiser ce rêve. Si nous étions seulement une poignée de collectionneurs de verroterie, ça fait longtemps qu’on aurait organisé un pump & dump et qu’on vous aurait fait mousser avec une tonne de fonctionnalités inexistantes. Mais nous ne sommes pas comme ça. La plupart des fidèles à Cloak (dont nous, on est humains après tout) ont été échaudé par les cryptomonnaies dans le passé, et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter que ça arrive à nouveau. Nous sommes ici pour innover et “faire des trucs cools”, pas pour s’enrichir aux dépens de ceux qui ont cru en nous au début, quand on avait seulement notre parole à vous offrir.

    Les résultats de l’audit de sécurité interne devraient être publiés dans quelques jours, ce qui indiquera l’imminence de la mise en ligne de la version finale de Cloak-PoSA3. Comme nous vous l’avions annoncé, la campagne de publicité financée par les dons de la communauté Cloak va démarrer après cette étape. Nous aurons aussi besoin de faire quelques beaux clips vidéo de promotion. Héhé, c’est tellement excitant, tout ça !!! :D

    Longue vie et prospérité, et merci encore pour l’aide & le soutien,

    La Cloak team.


  • Bitcoiner

    @ffmad @Tulsene @superresistant @sangoku

    Amusez-vous bien ha ha

    BTC : 1BWZ3FE6VQqsfMwUp7uwcu6GQ2BeeNQJRi | NXT : Seccour

    0

  • Etherian

    NNNNNNNNNNNNOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOONNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNnnn !!!



  • Bel effort de poster les même âneries ici ^^



  • Y a pas que moi qui semble prendre ça au sérieux…

    http://cointelegraph.com/news/114948/cloakcoin-we-had-to-do-everything-from-scratch-only-the-name-has-stuck
    et
    http://cointelegraph.com/fr/news/114948/cloakcoin-we-had-to-do-everything-from-scratch-only-the-name-has-stuck

    Pourquoi vous acharnez-vous autant ? Bornés par principe ? :-)
    OK Cloak a été honteusement catastrophique dans sa jeunesse avec ses créateurs, qui ont foiré d’une manière rare. Mais pourquoi ne pas donner une chance à la nouvelle team et au nouveau Cloak “2.0” ? Je le répète : il reste possible que désormais ce soit enfin un coin, un projet et du code de qualité. Non ?


  • Bitcoiner

    @InRonWeTrust a dit :

    Y a pas que moi qui semble prendre ça au sérieux…

    http://cointelegraph.com/news/114948/cloakcoin-we-had-to-do-everything-from-scratch-only-the-name-has-stuck
    et
    http://cointelegraph.com/fr/news/114948/cloakcoin-we-had-to-do-everything-from-scratch-only-the-name-has-stuck

    Pourquoi vous acharnez-vous autant ? Bornés par principe ? :-)
    OK Cloak a été honteusement catastrophique dans sa jeunesse avec ses créateurs, qui ont foiré d’une manière rare. Mais pourquoi ne pas donner une chance à la nouvelle team et au nouveau Cloak “2.0” ? Je le répète : il reste possible que désormais ce soit enfin un coin, un projet et du code de qualité. Non ?

    Citer 2 fois le même article c’est chaud.

    Sinon les médias ne sont pas là pour prendre au sérieux ou non mais pour informer seulement.

    Et au passage interview écrite en premier en allemand venant d’un mec qui publie plein d’article sur les altcoins lololol. En plus c’est toi qu’à eut besoin de leur fournir une traduction en FR donc imagine l’intérêt pour l’article mdr.

    Et sinon on s’acharne pas, c’est toi qui vient sur CryptoFR au passage :p

    Si ils font un truc bien tant mieux, sinon tant pis, mais on exprimera qu’en même notre avis par rapport à ce coin qu’on trouve à chier :kissing_heart:

    BTC : 1BWZ3FE6VQqsfMwUp7uwcu6GQ2BeeNQJRi | NXT : Seccour

    1


  • Surtout que pour cointelegraph il suffit de payer pour se faire publier …

    Le seul média potable pour les altcoins c’est coindesk



  • @InRonWeTrust a dit :

    il reste possible que désormais ce soit enfin un coin, un projet et du code de qualité. Non ?

    C’est peu probable. Mais là où je trouve que ton raisonnement est malhonnête, c’est qu’au lien d’attendre que le Cloak prouve qu’il a changé, tu postes toute la publicité qu’ils font (de leurs posts oniriques aux articles payés), au risque de tromper des investisseurs peu prudents.

    Ce que tu devrais faire c’est attendre qu’ils démontrent la réalité de ce qu’ils vendent (avec un code potable), et ensuite tu en fais la publicité partout.



  • “Malhonnête” est probablement un mauvais choix de mot pour qualifier mon raisonnement, car il n’y a aucune volonté de nuire à la base. Mais je comprends la logique de ce que tu dis. Disons que c’est peut-être un peu trop “imprudent”. Pour le moment beaucoup d’affirmations en effet, et peu de preuves d’accord. Mais je pense que ça va vite venir.

    MAIS : combien de monnaies ont réellement démontré la réalité de leur promesses ou fonctionnalités ? Combien ont été auditées avec succès ? Pour celles qui publient un code open source à jour online, combien de personnes compétentes ont passé leur temps à analyser ce code de fond en comble de manière impartiale et révélé leur conclusions ? (Avec des “preuves” que c’est pas un mensonge ?)

    Parce que se baser uniquement sur le nombre d’utilisateurs d’un wallet d’un coin particulier, ou affirmer qu’il est plus abouti et plus sûrs qu’un autre, uniquement parce qu’il est plus joli et plus intuitif à utiliser, ne prouve pas non plus la sécurité de ce coin. Et question tapage médiatique “publicitaire” sans “preuves” dans chaque article ou brèves, beaucoup de “grands” anoncoins font bien pire que Cloak, quand on voit tous ce qui passe et est publié un peu partout… On peut peut-être critiquer Cloak ou moi à ce sujet pour le moment, mais alors appliquez aussi cet esprit critique avec objectivité aux autres anoncoins qui vous intéressent :-)



  • @InRonWeTrust pas “peu de preuves”, pour le moment “pas de preuves” ^^’

    Monero et Shadow ont prouvé la réalité de ce qu’elles affirment.

    Shadow ne dit pas “je serais un super anon coin”, il l’est. Le code a été vu et revu, les fonctionnalités aussi. Il manque encore un audit “officiel”. Mais le lead développeur de Monero affirme que Shadow est correct en tout point, et Monero par contre a été audité par un grand nombre de cryptographes.

    Pour Dash, je suis d’accord, il y a plein d’articles bidons … c’est leur fond de commerce, parceque Dash n’est pas anonyme. Au final Cloak imite Dash en trompant l’utilisateur.



  • OK merci pour ces précisions.

    Bien que je lise assez bien de trucs depuis presqu’un an, je suis toujours limite novice dans le monde altcoins, donc pourrais-tu me filer des liens vers les articles fiables récents des gens ayant vérifié le code SDC et ses fonctionnalités de fond en comble, STP ? Oui, pour l’audit Shadow, je sais, je l’attends en vain depuis longtemps… à se demander ce qui bloque :-)

    Si tu as sous la main les liens vers les audits de Monero par différents cryptographes je suis preneur aussi, merci.

    Dash, ouais, j’avais cru comprendre que assez bancal.

    Mais il est trop tôt pour affirmer que Cloak essaye d’entuber ses utilisateurs de la même façon, aucune preuve de ça non plus :-)



  • @InRonWeTrust a dit :

    OK merci pour ces précisions.

    Bien que je lise assez bien de trucs depuis presqu’un an, je suis toujours limite novice dans le monde altcoins, donc pourrais-tu me filer des liens vers les articles fiables récents des gens ayant vérifié le code SDC et ses fonctionnalités de fond en comble, STP ? Oui, pour l’audit Shadow, je sais, je l’attends en vain depuis longtemps… à se demander ce qui bloque :-)

    Si tu as sous la main les liens vers les audits de Monero par différents cryptographes je suis preneur aussi, merci.

    Dash, ouais, j’avais cru comprendre que assez bancal.

    Mais il est trop tôt pour affirmer que Cloak essaye d’entuber ses utilisateurs de la même façon, aucune preuve de ça non plus :-)

    j’ai commencé à regarder le code Shadow plus sérieusement ces derniers temps, et ce qui cloche, c’est la documentation …

    En fait le code est tellement complexe (il y a beaucoup d’ajout par rapport au Bitcoin), que l’audit du code est un vrai casse-tête

    Celui qui devait faire l’audit a demandé en vain une documentation pour pouvoir finir l’audit. Sauf que le développeurs n’ont pas encore pris le temps de la faire, ils préfèrent développer.

    Là je n’ai pas le temps de te chercher les liens mais pour Monero je pense que tu peux en trouver sur leur site. Pour Shadow il faut chercher à plusieurs endroits, mais par exemple pour les nouvelles ring signatures apportées par Shadow sur la dernière version, un des développeurs de Monero a dit un simple “Good job”. Pour le lead dev il me l’a affirmé en tête à tête. Ils évitent de crier partout que Shadow est legit parcequ’ils ont un peu peur de se créer un dangereux adversaire (ils ont déjà du mal à se débarasser de Dash ^^).

    Pour Cloak tu as raison, mais l’histoire du coin n’est pas très encourageante, ils ont souvent affirmés des choses pendant des mois sans rien montrer, et là çà recommence (çà fait un bail qu’ils annoncent des choses, et il n’y a que de belles images)



  • OK merci.

    Donc, le code Shadow open source publié est tellement complexe que même l’auditeur ultra spécialisé n’arrive a rien sans documentation supplémentaire… Donc qui d’autre aurait pu l’examiner complètement en profondeur et affirmer que c’est super et sans problème !?? Plutôt que courir pour développer un max (au risque de perpétuer un problème inconnu existant), pourquoi ne pas passer un peu de temps à fournir les outils nécessaires (documentation) à ceux qui voudraient vérifier le code ?

    OK on peut supposer que Monero a des gens capables, et que leur avis sur SDC soit assez valable. Mais pas impossible qu’ils ne soient pas 100% des dieux non plus, et qu’ils aient loupé des trucs, chez eux ou chez SDC, et donc un avis humain reste un avis, faillible.

    Ce qui me refroidit un peu aussi, c’est quelque chose de récent que j’avais lu et qui affirmait que les ring signatures n’étaient vraiment pas l’avenir des anoncoins, ou que ça n’avait pas d’avenir viable, mais bon pas moyen de retrouver ce papier (qui de toute façon reste une affirmation de la part de son/ses auteur(s) aussi).

    Ouais pour Cloak on verra… c’est vrai que leur code récent non publié ne permet de rien vérifier, même s’ils divulguent un nouveau wallet PoSA3 fonctionnel… Mais si comme ils y songent, ils publient régulièrement le code source de la version n-1 à chaque fois qu’ils diffusent le nouveau programme contenant la dernière version n, ça permettra, à la longue, de vérifier leurs dires. Enfin, si ça prend pas 24 mois entre chaque release, of course… et si c’est du béton, la communauté altcoins pourra recycler ce code, tout en laissant à Cloak une longueur d’avance avec sa dernière version pas encore en open source, tout le monde est content.

    Je suis curieux de voir les futurs communiqués aussi, je dois dire. Pour Cloak, et les autres :-)
    Malgré ce que vous pouvez croire à mon sujet suite à mes traductions de Cloak, je suis d’un naturel très méfiant, et j’arrive à cloisonner, prendre du recul, et être objectif. Et ça s’applique à tous les anoncoins qui m’intéressent !



  • Et à propos de Dash ou d’autres anons ou pseudoanons, l’Histoire a montré que ce n’est pas toujours la meilleure technologie qui est retenue pour être utilisée, cfr cassettes VHS vs. Betamax… la meilleure tech peut sombrer dans l’oubli si la populace préfère en choisir une autre, à tort ou à raison… j’en parlais à la team Cloak.



  • Quel est le problème des ring signatures ?

    Sinon pour l’auditeur de sdc c’est justement le problème, il semble pas assez qualifié pour auditer.

    Les devs ont testé leur solution en long en large et en travers, ils n’ont pas de temps à perdre sur la doc, c’est à quelqu’un d’autre de s’en charger



  • Je renvoie à la discussion que l’on a eu https://bitcointalk.org/index.php?topic=1040781.msg11909163#msg11909163 à propos de la nécessité d’avoir un github et qui m’amène à me méfier de CLOAK comme de la peste, pour le reste, donnons le temps au temps et voyons ce qui nous offre.

    Crypto noob but I try to fix it

    0


  • Ouais, c’est le plus sage (en restant ouvert d’esprit ;-)

    Sinon, un peu dans l’idée du Ansari X Prize, faudrait que les XMR ou SDC teams lancent un concours, avec gros prix financier à la clef, pour toute personne qui sera capable de prouver que leur système n’est pas anonyme, et qu’on peut suivre une transaction dans les détails, en identifiant l’expéditeur et destinataire. Faudrait bien sûr que le gagnant explique la méthode et qu’on puisse reproduire ses résultats. Héhé ça, ça stimulerait l’esprit de compétition et de poursuite de la perfection :-)


Se connecter pour répondre