Pierre Gramegna : « Il y a de la place dans nos économies pour les monnaies virtuelles »