Le XYO Network, emploi de la Blockchain appliqué au monde réel!





  • Voici une évaluation faite par un service externe à cette ICO, c’est en anglais, mais j’avais trouvé informatif et utile:

    XYO Network ICO - Review



  • Comment le réseau XYO fonctionne et s’intègre aux plates-formes Ethereum et IOTA

    Traduit et adapté de: How the XYO Network functions and integrates with the Ethereum and Iota platforms

    Les contrats intelligents ou ‘smart contracts’ sont le pendant moderne des notaires pour documents publics: ceux-ci sont apparus avec la plate-forme Ethereum et sa EVM (Ethereum Virtual Machine), leur code s’exécutant comme avec une seule machine, exécutant les contrats en parallèle au maintien de la base de données globale du blockchain.

    Cependant, la simple plateforme Ethereum ne fournit que l’épine dorsale de ce système; comment et dans quel contexte les contrats intelligents peuvent être utilisés, ce qui dépend du type de données qu’ils peuvent fournir de manière fiable et de la qualité de ces données, le tout extrait de l’environnement désordonné du monde environnant.

    XYO arrive comme un moyen d’organiser ces données, spécifiquement pour confirmer la géolocalisation à travers le monde. Les avantages de XYO ont des implications pour de nombreuses industries allant de l’assurance au suivi des colis, à la médecine légale, à la navigation et bien d’autres. XY crée une plate-forme Oracle ouverte un à usage général, qui rend de nombreuses opérations dépendantes des données de localisation moins chères, plus efficaces et plus pratiques.

    Les Oracles comme intervenants intermédiaires du blockchain

    Les Oracles sont des fournisseurs de flux de données externes pour les plates-formes décentralisées de smart contract et, en tant que tel, un composant intégrant de la propagation de leur utilité, au-delà des limites structurelles imposées par leurs algorithmes de consensus internes. La nécessité d’un déterminisme strict dans le maintien de l’intégrité du consensus est nécessaire pour s’assurer que tout le réseau est synchronisé et “à la même page”, mais en même temps il empêche au système de communiquer directement avec les systèmes externes et chercher des données du monde réel par lui-même.

    Les solutions Oracle arrivent en tant qu’intermédiaire de blockchain qui comble cette lacune et de rend les contrats intelligents conscients de ce qui se passe à l’extérieur, ce qui leur permet d’interagir avec les ressources hors-chaîne d’une manière correspondant au modèle de sécurité de la blockchain prise en charge. La nécessité de recourir à de tels services pour arbitrer les résultats externes d’un contrat ne cesse de croître, mais la nature auto-exécutable des contrats intelligents rend d’autant plus critique que la source des données utilisées pour résoudre un contrat numérique soit incorruptible, infalsifiable et vérifiable contre les faits rapportés. Les défis posés par ce cadre créent un terrain fertile pour la recherche de nouveaux problèmes techniques intéressants.

    Il n’y a pas de moyen unique de bien structurer les interactions blockchain / oracle, et différents types de données appellent différents types de solutions oracle, en fonction de ce dont ils ont besoin pour s’adapter et se rapporter. Il existe quelques solutions en cours, ou en développement aujourd’hui.

    Oraclize, par exemple, est un oracle «honnête par preuve», en ce qu’il fournit une preuve d’authenticité cryptographique avec les données, en vérifiant son intégrité comme provenant de la source à laquelle il a été chargé d’aller chercher. Et dans les cas où les deux parties peuvent convenir de la légitimité de la source et de l’autorité de l’oracle relayant les données, cela peut suffire.

    Augur est un autre exemple d’un système d’oracle mettant l’accent sur la décentralisation et de fortes incitations économiques comme base d’une plate-forme de pronostics axée sur les opinions. ChainLink est encore une autre approche, qui crée un marché concurrentiel où divers nœuds d’oracle se spécialisent dans différents types de données en les agrégeant à partir de sources multiples en donnant une réponse pondérée.

    Cependant, il existe des scénarios dans lesquels un oracle adéquat n’existe pas, n’est pas économiquement viable, ou ne peut pas être fiable en raison de la possibilités de déviation trop imprécises, de la faillibilité ou de la corruption de données. La géolocalisation et les oracles de suivi du monde physique tombent dans cette catégorie.

    “XY Oracle” et “XY Findables”

    Le réseau XYO a l’avantage de s’appuyer sur une infrastructure Bluetooth et GPS déjà existante et largement distribuée de plus de 1 000 000 dispositifs géoréférencés interconnectés circulant dans le monde grâce à une start-up déjà réussie pour les trouvables orientés consommateurs (XY Findables). Cela signifie que la source de données dans le réseau XY Oracle est déjà un tel système distribué décentralisé, immunisé contre les failles uniques.

    Les dispositifs de repérage de XY permettent aux consommateurs de joindre des balises de suivi physiques sur des objets qu’ils souhaitent suivre et de les identifier grâce à une adresse XYO unique (un peu comme les services de suivi et de tracking des colis), ne garantissant que des coordonnées précises. On prévoit présenter ces dispositifs de repérage XY-Stick en 2018, en tant que dispositif de suivi, basé sur des autocollants permettant aux détaillants et aux clients de suivre les colis en temps réel de façon économique.

    Le réseau XY Oracle est lui-même un protocole fonctionnant par niveaux d’abstraction, permettant le suivi de la localisation cryptographique via des chaînes de vérification de preuves zéro-knowledge encapsulant le suivi de diverses classes d’appareils. XYO vise à permettre aux développeurs de contrats intelligents de créer des DApp reposant sur la localisation et d’interagir facilement, comme s’il s’agissait de simple API, permettant à deux entités distantes géographiquement à intéragir dans le monde réel sans la nécessité d’un tiers.

    (à suivre)



  • Les composants de réseau et comment se structure le XYO

    Le système XYO fournit un point d’entrée dans un univers de dispositifs largement interconnectés répartis dans le monde entier qui fournit un degré élevé de certitude quant à la localisation grâce à un suivi de preuves cryptographiques qui correspondent aux trajectoires dans le monde réel. Le point de jonction reliant le réseau XYO et la blockchain est un smart contract spécial “Oracle” résidant sur la blockchain qui sert de pont entre les deux réseaux.

    Les transactions Oracle dans ces smart contracts sont communément appelées «requêtes» et sont imbriquées dans le contrat intelligent avec une ou deux lignes de code spécifiant les paramètres de l’appel. Les requêtes sont envoyées au contrat oracle sur chaîne, qui le relaie au réseau Oracle agrégé hors réseau, qui écoute activement ces appels et agit sur eux. Les agrégateurs d’oracle réinjectent ensuite les réponses dans le contrat intelligent après avoir atteint un consensus sur la réponse la mieux adaptée dans les paramètres donnés. Selon les paramètres et la taille de la requête, les requêtes peuvent être assez coûteuses (c’est-à-dire “Quel est l’emplacement actuel de chaque objet dans un cluster particulier?”).

    Le réseau XYO se compose de quatre types d’acteurs participants divisés par leurs rôles et responsabilités respectifs, occupant chacun leur propre segment de réseau, et conservant leurs propres bases de données de registres respectives stockant les chaînes de connaissances nulles pertinentes.

    Les quatre composants sont: les “Sentinels” comme collecteurs de données brutes, les “Bridges” ou “ponts” comme relais de données, “Archivistes” comme stockeurs de données et finalement les “Diviners” comme concentrateurs de réponses. Leurs intérêts sont coordonnés grâce à une combinaison de récompenses dans les jetons XYO et de suivi des statistiques de réputation, ce qui incite le comportement coopératif et empêche les données de gonfler en garantissant la cohérence des données stockées sur les composants du réseau.

    Les “Sentinels” sont essentiellement les dispositifs servant de témoins de localisation qui recueillent les informations brutes et témoignent de leur exactitude. Ceux-ci peuvent inclure des suiveurs GPS et Bluetooth, des technologies satellitaires et d’autres dispositifs de géolocalisation. Ils observent et enregistrent les données dans des registres de stockage temporaires, en vérifiant la première preuve d’origine cryptographique d’un trajet, qui sera enchaînée plus loin, le long du relais des nodes.

    Plus une “Sentinel” reste immobile, plus ses données seront être fiables. Les “Archivistes” gardent une trace et analysent ces coefficients et d’autres quand ils considèrent quelles sentinelles doivent acheminer les requêtes. Le réseau Sentinel est construit par l’activité “XY Findables”, mais le réseau XYO est un système ouvert permettant à tout opérateur de périphériques de localisation de se connecter et de commencer à gagner des jetons XYO.

    Les “Bridges”, ou ponts, traduisent les registres produits par les Sentinels dans un format que les archivistes peuvent stocker et indexer, en apposant une preuve d’origine supplémentaire dans la chaîne de séquence, qui les identifie et les identifie comme relais de ces données, garantissant leur intégrité tout au long de la requête. blockchain. Ensemble, l’historique des interactions entre les dispositifs Sentinel et Bridges crée une chaîne de preuve d’origine faisant autorité et immuable, qui est stockée et indexée via le réseau des archivistes pour que les divinateurs puissent y accéder.

    Les “Archivistes” conservent les données brutes sous une forme structurée, facilement récupérable, et sont connectés dans un réseau de pairs communicants, qui se communiquent activement les données requises. Les archivistes peuvent opter pour les registres particuliers qu’ils souhaitent stocker, en choisissant la région du réseau dans laquelle ils souhaitent opérer (c’est-à-dire la fin de la production ou de la consommation).

    Cependant, le choix de stocker des données n’est pas strictement appliqué et le stockage décentralisé via IPFS ou une autre solution est possible. Chaque fois que des données sont transférées d’un archiviste à un autre, des preuves d’origine supplémentaires sont ajoutées afin de suivre la distribution des paiements après avoir fourni un résultat à une requête, puisque tous les participants impliqués dans la production d’une réponse sont payés.

    Les “Diviners”, devins, sont chargés d’aller chercher les données les plus précises pour une requête donnée et de les renvoyer au contrat d’émission sur la plate-forme de blockchain respective. Ils y parviennent en interagissant directement avec le réseau des archivistes pour trouver la réponse avec la plus grande précision et un score de confiance élevé. La meilleure réponse est choisie parmi une liste de candidats basée sur une métrique dérivée du chemin des preuves chaînées zéro-origine (Origin Chain Score), et lorsqu’une réponse est exclue parce qu’elle est invalide, l’information est retransmise au réseau des archivistes. afin qu’ils puissent le purger de leurs livres.

    Le mécanisme de consensus entre les Diviners sur le réseau XYO est mis en œuvre via une chaîne de blocs publique immuable (XYOMainChain), qui stocke les transactions de requête avec le contenu de leurs données fournies et le score d’origine associé. Les Diviners qui ont obtenu la meilleure réponse en un minimum de temps se mettent à créer un bloc sur le XYOMainChain via Proof of Work. En arrivant à un consensus, les autres divinateurs signeront numériquement le bloc, et celui qui le créera enverra la transaction de réponse qui en résulte au contrat intelligent avec la liste des signatures.

    (à suivre)



  • Comme vous êtes maintenant à même de le constater, l’effort marketing pour faire la promotion de ce token est maintenant très active, à travers plusieurs canaux; cette vente ICO donnera aux créateurs les fonds nécessaires pour mener à bien ce projet, déjà quand même avancé.



  • Le token XYO terminera très bientôt sa période de ICO.

    Il est déjà disponible sur le site d’échange “IDEX” :
    XYO sur IDEX



  • (Suite et fin)

    Donc, les “Diviners” actualisent essentiellement une réponse concluante à partir des données relatives ci-dessous, et stratifient l’événement en l’incorporant dans l’histoire publiquement enregistrée de la chaîne principale. Ces données traitées peuvent être utilisées pour répondre rapidement aux requêtes historiques sans gaspiller de ressources et de bande passante comme par exemple: “Où un nœud particulier était-il situé à un point spécifique dans le passé?” Cela permet de tracer des trajectoires dans un temps donné intervalles avec certitude factuelle.

    Quelles que soient les données utilisées pour répondre à une requête le long de la chaîne de preuves, le XYO payé par l’émetteur de la requête est réparti uniformément parmi les composants de cette chaîne à l’exception des Diviners, dont le rôle dans la détermination de la réponse la mieux adaptée .

    De la même manière que les chaînes de blocs traditionnelles traitent les transactions, les requêtes sont hiérarchisées en fonction de leur récompense dans XYO offert et du degré de complexité impliqué dans la production de la réponse. L’architecture ressemble à une sorte de hiérarchie multicouche de bases de données distribuées à micro-bloc-bloc, adaptées à un but spécifique plutôt que général. Ceci, comme mentionné précédemment, fait que le système Oracle est en adéquation avec le modèle structurel et de sécurité des écosystèmes de chaînes de blocs génériques utilisés aujourd’hui, ce qui rend naturellement l’intégration avec n’importe quel environnement donné comme un processus sans friction.

    XY prévoit d’achever le développement de XY Oracle Testnet dans la première moitié de 2018 et commencer à déployer son protocole blockchain sur ses dispositifs Sentinel, en lançant le XY Oracle Mainnet d’ici la fin de l’année.

    Preuve d’origine “Proof of Origin” et témoin lié “Bound Witness”

    La façon dont les preuves “zero-knowledge” sont implémentées dans le protocole Oracle XYO consiste à lier deux nodes rapprochées les unes des autres en établissant une preuve de localisation bidirectionnelle. Chacune des deux nodes est un témoin du processus dans la mesure où les deux nodes peuvent vérifier et valider leurs propres mesures de manière à satisfaire aux conditions du programme commun (ou heuristique), à ​​cosigner l’interaction et à l’incorporer dans leurs registres respectifs comme des informations légitimement vérifiées qui peuvent être relayées en toute sécurité.

    Cela permet de lier toutes les données transmises d’une node à l’autre, ce qui facilite la détection et la purge rapides des données qui se situent en dehors de la plage de l’heuristique établie tout en maintenant la confidentialité des nodes participantes (pas de méta-data est échangée). C’est ainsi que les chaînes d’origine sont créées, propagées, enregistrées et tracées.

    Ethereum, IOTA et intégration multi-plateforme

    Le réseau XYO est conçu pour être une abstraction flexible qui peut interagir avec n’importe quel blockchain public capable de gérer des contrats intelligents. Les requêtes peuvent être émises à partir de la plate-forme Ethereum via le contrat oracle XY en chaîne et payées en jetons XYO (ERC-20). Les requêtes peuvent également être émises directement sur la plate-forme de blockchain XYO native dans les situations où l’interaction avec les smart public contracts n’est pas nécessaire, et la conversion des jetons ERC20 vers la devise native blockchain XYO est envisagée en vue de doter la plateforme des capacités de micro-paiement nécessaire pour les scénarios de cas d’utilisation de l’IdO.

    Des bibliothèques pour les langages de contrats intelligents populaires, y compris la norme Ethereum Solidity et Python-like Vyper (prévue pour être utilisée avec la transition vers Proof of Stake sur Ethereum et largement interopérable avec Solidity), ainsi qu’avec JavaScript et un utilisateur général interface Web conviviale. Une bibliothèque Solidity est disponible sur Github et peut être testée sur une simulation de chaîne de blocs Ethereum exécutée localement.

    Une requête de contrat Solidity, par exemple, prend une forme comme:

    fonction publishQuery(uint _xyoValue, chaîne _xyoAddress, uint _accuracy)

    Lorsque _xyoValue représente l’entrée de combien de jetons XYO doivent être payés pour la requête émise, _xyoAddress est l’identificateur d’adresse XYO unique de l’objet et _accuracy la métrique d’exactitude Chain of Origin souhaitée comme mesure d’approximation de certitude.

    Le format dans lequel une réponse à une requête est répondue est le suivant:

    fonction answer(adresse xyoAddress, latitude int, longitude int, altitude int, précision d’uint, certitude d’uint, epoch uint)

    C’est-à-dire des coordonnées de latitude, d’altitude et de longitude correspondant à l’emplacement d’un objet dans un point donné dans le temps.

    Le Github inclut des prototypes fonctionnels de tous les composants du réseau comme une implémentation Node.js (y compris les composants Sentinel, Bridge, Archivist et Diviner), qui est facile à configurer en tant qu’environnement local pour le développement et les tests.

    Les composants sur la chaîne incluent une librairie d’outils pour permettre de développer des Dapps XY Oracle connectés. Les utilisateurs s’abonnent à des webhooks pour les auditeurs d’événements du contrat XY interfaçage blockchain résidant dans le référentiel xyo-solidity sur https://github.com/XYOracleNetwork/xyo-solidity/blob/master/contracts/XY.sol en utilisant un service comme https://if.eth.com. Une instance locale de Ganache (anciennement TestRPC) en tant que simulation de blockchain Ethereum peut être comme une simulation de chaîne de blocs Ethereum peut être utilisée pour déployer le contrat intelligent de base XY, en utilisant la suite de développement de contrats intelligents Truffle et ses migrations automatiques JavaScript pratiques.

    Il existe une implémentation séparée d’une node “Diviner” de base dans Go (la node responsable du traitement des données d’origine du réseau Archivist et relayant les réponses au contrat intelligent XYO résidant sur la blockchain Ethereum) dont l’architecture est constituée de la connexion JSON-RPC avec un noeud local Geth et un serveur se connectant au réseau XYO Archivist.

    La node “diviner” peut être connectée à une simulation blockchain locale et à un point de terminaison http JSON sur le réseau Archivist. La mécanique de la requête consiste en trois threads simultanés qui écoutent et traitent les requêtes - l’une récupérant les requêtes entrantes du contrat smart XY, l’autre les transmettant au réseau Archivist et l’autre écoutant les réponses, les traitant et les renvoyant au contrat smart XY.

    Des contrats de solidité pour la preuve de localisation probabiliste sont fournis, illustrant le mécanisme par lequel les preuves sont générées et vérifiées lorsqu’elles pénètrent dans la chaîne de blocs sous les couches du réseau Oracle. Un langage spécifique permettant des vérifications économiques de l’intégrité informatique et des données est également en cours de développement sur la plate-forme Ethereum avec ZoKrates et coïncidera probablement avec les plans du réseau XYO oracle, ce qui rendra son utilisation attrayante avec Ethereum. bon marché pour de nombreux cas impliquant un registre public sans permission.

    Les composants de géolocalisation hors chaîne du réseau Oracle comprennent le serveur de géolocalisation, le client de l’utilisateur géographique et un nœud de géolocalisation. Le serveur geo fournit les points de terminaison API permettant d’interroger les données publiques de preuve de localisation (via MongoDB et son langage de requête). Le noeud géographique agit comme un périphérique Bluetooth pour interfacer avec les utilisateurs et signer Proofs of Location (intégré à Bleno en tant que module Node.js pour les périphériques Bluetooth Low Energy). Il génère une paire de clés unique et s’initialise avec le backend qui lui communique des messages.

    Le noeud géographique se connecte via le client utilisateur Geo sur un appareil iOS ou Android. Lorsqu’il est à proximité d’un périphérique exécutant un nœud, le périphérique sera découvert et pourra établir une connexion en générant une signature. Le noeud géographique signe un message (en utilisant Web3) de l’adresse de l’utilisateur, reçu via bluetooth, et l’horodatage dans un format d’adresse | horodatage, et renvoie la signature à l’utilisateur via bluetooth pour que l’utilisateur puisse la stocker.

    Le client utilisateur geo permet aux utilisateurs de s’interfacer avec des nœuds et de générer des preuves de signature, qui sont ensuite vérifiées aux deux extrémités. La preuve de localisation peut ensuite être diffusée publiquement ou stockée localement. Ionic Framework est utilisé comme kit de développement de logiciels mobiles.

    Une simulation du réseau XYO écrite en Python est également fournie dans le référentiel Github officiel.

    Comme le réseau passe d’un prototype fonctionnel et se connecte à l’infrastructure déjà existante d’appareils connectés sur lesquels s’appuie XYO, les audits de sécurité sur la chaîne vont probablement permettre la migration de testnet vers mainnet et le pontage de tous les composants dans un système entièrement fonctionnel. . La partie sur la chaîne du système peut ensuite être traduite dans n’importe quel autre paradigme de langage de contrat intelligent convenant à un système de chaîne de blocs distribué.

    La prise en charge des contrats intelligents basés sur IOTA sera disponible à l’avenir, car IOTA lance lui-même la fonctionnalité de contrat intelligent en tant que superposition de son protocole de base, il n’est donc pas clair si cela sera intégré par des appels directs au réseau XYO. contrat d’écoute des transactions IOTA. L’IOTA a introduit des timestamps sur l’enchevêtrement en août de l’année dernière, qui est l’ingrédient de base pour rendre possible la structuration de contrats intelligents conditionnels. Comme solution provisoire, il est très probable que la plate-forme Ethereum sera utilisée avec IOTA dans un scénario similaire à la façon dont le protocole Oyster utilise IOTA pour le stockage et comme support de transport, et Ethereum pour les paiements contractuels intelligents conditionnels.

    Actuellement, tout type de données peut être placé dans une transaction IOTA sur l’enchevêtrement (en particulier le signatureMessageFragment où environ 1300 octets s’inscrivent), mais des implémentations concrètes correspondant au modèle conceptuel mathématique de l’enchevêtrement (c’est-à-dire la traduction entre binaire et La notation ternaire interne de l’IOTA) sera inventée dans la perspective du développement futur.

    XYO garantit la robustesse contre les données malformées, tout en préservant la confidentialité et l’intégrité de ces données, tandis que l’infrastructure de l’IOTA se spécialise actuellement dans l’étiquetage, la livraison efficace et le traitement des données déjà stockées dans sa technologie de comptabilité distribuée. Le point où XYO et l’IOTA convergent (Internet-of-Things), et où les problèmes abordés se chevauchent, peuvent créer un terrain d’entente fructueux pour la recherche et l’innovation, en particulier à la lumière du récent lancement de IOTA.

    Le Token XYO

    Le token XYO est un jeton utilitaire utilisé dans le réseau XYO d’une manière similaire à la façon dont le gaz sur Ethereum est payé proportionnellement aux étapes de calcul nécessaires à l’exécution d’une section de code dans le EVM. Le token XYO est destiné à fonctionner comme le carburant de la plate-forme (plutôt qu’à seulement des fins spéculatives), et utilisé pour inciter un comportement favorable pour obtenir des coordonnées de localisation précises et fiables, et structure l’alignement théorique des intérêts de façon efficace, bénéficiant à l’ensemble du système XYO.

    Ceci est une caractéristique de la conception de systèmes Oracles où la précision des rapports fiables est motivée par la définition précise des règles de la concurrence dans le contexte des résultats recherchés, garantissant ainsi que les participants se positionnent dans la topologie du réseau où ils sont le mieux adaptés. service particulier et remplir l’offre d’une demande donnée.

    Les tokens XYO ont été distribués sous forme de tokens ERC20 dans un crowdsale à partir du 20 mars avec tous les tokens invendus brûlés après la vente.

    Résumé

    La technologie révolutionnaire de XYO met l’accent sur l’avenir des services de géolocalisation. Repérer l’emplacement d’un objet à l’échelle planétaire est une étape importante dans l’extrapolation des capacités de contrat intelligent au-delà du moteur arithmétique autonome de la forteresse blockchain.

    La convergence des technologies de géolocalisation dans les contrats intelligents via des preuves chaînées sans connaissance ouvre de nouveaux horizons d’applications possibles dans les entreprises et les industries (assurance, suivi des colis et des bagages, médecine légale, navigation, etc.). Elle permet de combler des lacunes bien connues et problématiques dans des schémas frauduleux de plus en plus proliférants (usurpation d’identité, usurpation d’identité, etc.), compte tenu de la structure des paiements conditionnels (contrats intelligents) et des données légitimement vérifiables qui leur sont fournies. XYO vise à modifier fondamentalement l’industrie et à créer un environnement plus sûr et efficace pour le transfert de biens et de services à travers le monde.

    XYO prévoit de s’intégrer pleinement avec plusieurs des meilleures plates-formes sur le marché, y compris Ethereum, IOTA, NEO et autres.


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.